Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Les premiers exfiltrés afghans sont arrivés à Strasbourg

Des familles avec enfants sont descendues d'un premier bus jeudi après-midi à Strasbourg. Ce sont finalement 110 Afghans qui sont accueillis dans la capitale alsacienne.

Arrivée de réfugiés afghans à Strasbourg, le 26 août 2021 Arrivée de réfugiés afghans à Strasbourg, le 26 août 2021
Arrivée de réfugiés afghans à Strasbourg, le 26 août 2021 © AFP - PATRICK HERTZOG

Le premier bus est arrivé vers 15h devant l'hôtel Mercure à Strasbourg. Une cinquantaine d'Afghans, de nombreuses familles et enfants, en sont descendus, protégés par des barrières et des CRS. Soixante autres réfugiés devaient arriver dans deux autres autocars dans l'après-midi.

Publicité
Logo France Bleu

Ces exfiltrés arrivent en provenance de l'aéroport Paris-Charles de Gaulle. Alors que la préfète du Bas-Rhin annonçait mercredi l'arrivée de 150 réfugiés , ils ne sont finalement que 110 : quarante d'entre eux ont décliné la prise en charge proposée par l'État, car ils disposent d'autres possibilités d'hébergement.

Évacués de Kaboul en urgence, à bord d'avions militaires dénués de sièges, la plupart de ces Afghans arrivent à Strasbourg dans un grand dénuement, n'ayant pu emmener que très peu d'affaires. "Ces gens ont vécu un périple très difficile", souligne Philippe Breton, vice-président de la Croix-Rouge dans le Bas-Rhin, qui a installé un poste de secours : 

La première chose à faire est de les accueillir avec le sourire, des mots de bienvenue, et de leur proposer des soins.

Pris en charge par l'association Foyer Notre-Dame, "ces réfugiés ont été soumis à un stress intense, et sont épuisés physiquement, et probablement psychiquement", souligne Dominique Mastelli, médecin psychiatre et responsable de la cellule d'urgence médico-psychologique du Bas-Rhin.

Arrivée d'expatriés afghans à Strasbourg, le 26 août 2021 © AFP - PATRICK HERTZOG

Ces Afghans se sont vus accorder un visa de quinze jours, qui leur permettra d'entamer une procédure de demande d'asile. À Strasbourg, ils doivent observer une quarantaine de dix jours, afin d'éviter toute propagation du Covid. L'hôtel dans lequel ils sont hébergés a été réquisitionné : il était fermé depuis plus d'un an et demi. Ils peuvent y rester un mois.

Après avoir évacué plus de 2.000 personnes depuis la prise de Kaboul par les talibans le 15 août, la France a annoncé jeudi la fin du pont aérien d'ici vendredi soir.  

Ma France : Mieux vivre

Hausse généralisée du coût de la vie, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent ainsi une nouvelle consultation citoyenne intitulée “Mieux vivre”. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres.

Publicité
Logo France Bleu