Société

Les proches du photographe manceau Guy Durand veulent publier son dernier projet

Par Marie Mutricy, France Bleu Maine mercredi 28 décembre 2016 à 18:49

Lors du passage à la nouvelle année entre 1989 et 1990, Guy Durand prend cette première photo de la série "En ces nuits où hier meurt demain...". Le projet a duré 26 ans, sa famille veut le publier.
Lors du passage à la nouvelle année entre 1989 et 1990, Guy Durand prend cette première photo de la série "En ces nuits où hier meurt demain...". Le projet a duré 26 ans, sa famille veut le publier. - Guy Durand, "En ces nuits où hier meurt demain..."

Le photographe manceau Guy Durand est mort brutalement en mars dernier. Sa femme, ses filles et ses proches veulent publier un projet qu'il menait depuis 1989 : une photo prise au passage de la nouvelle année dans un pays marqué par l'actualité. Ils appellent aux contributions du monde entier.

Le projet de Guy Durand avait commencé le 31 décembre 1989, l'année de la chute du Mur, en Allemagne. Le photographe manceau s'y rend donc pour le passage de la nouvelle année et prend des photos de la fête. Il répétera ce rituel chaque année, dans un pays marqué par une forte actualité. La fin de l'Urss, à Moscou ; Fidel Castro qui quitte le pouvoir à Cuba... C'est cette série que ses proches veulent désormais publier, après la mort brutale du photographe en mars dernier. Guy Durand avait notamment exercé au Maine Libre entre 1977 et 1999. Il avait participé à l'édition 2016 du festival Les Photographiques et avait publié plusieurs livres sur la vieille ville du Mans, ses jardins et les jardins de Sarthe. Mais "il manquait une fin à ce bouquin" explique son ami, le photographe Cyril Victor. Caroline Durand, ses filles et lui appellent donc ceux qui le souhaitent à envoyer leur photo de Nouvel An pour créer une grande mosaïque de "ces moments de partage, de passage, joyeux et festifs" précise son épouse.

Réaliser une mosaïque de ces moments heureux

Caroline Durand se remémore les photos prises au Nouvel An des 26 dernières années : "j'ai partagé pas mal de ces nouvel an avec lui et il en a fait quelques uns tout seul. Ça reste plein de moments mémorables". Parmi les clichés qu'elle préfère, cette photo "d'un vieux russe en tenue sur la place Rouge à Moscou".

Entre le 31 décembre 1991 et le 1er janvier 1992, Guy Durand photographie ce Russe sur la place Rouge à Moscou, l'une des photos préférées de Caroline Durand - Aucun(e)
Entre le 31 décembre 1991 et le 1er janvier 1992, Guy Durand photographie ce Russe sur la place Rouge à Moscou, l'une des photos préférées de Caroline Durand - Guy Durand, "En ces nuits où hier meurt demain"

Ses filles enverront leurs contributions, l'une depuis l'Afrique du Sud, où son père avait photographié le nouvel an, l'année de la fin de l'Appartheid. L'autre est à Cuba. "Il voulait y retourner explique encore Caroline Durand, à la mort de Fidel Castro. Donc ça tombe bien". Dans l'actualité de cette année, elle aurait bien vu son mari partir "à Londres, à cause du Brexit ou aux Etats-Unis à cause de l'élection de Donald Trump". La famille propose d'envoyer une photo du Nouvel An, que l'on soit en Sarthe ou au bout du monde. Cela doit être un moment de fête pris tout juste au moment du passage à la nouvelle année. Une mosaïque sera créée pour conclure la série.

Un an après les attentats contre Charlie Hebdo puis les attaques de Paris en novembre, Guy Durand photographie le nouvel an dans la capitale française. - Aucun(e)
Un an après les attentats contre Charlie Hebdo puis les attaques de Paris en novembre, Guy Durand photographie le nouvel an dans la capitale française. - Guy Durand, "En ces nuits où hier meurt demain"