Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Sécurité Routière : journée #TousResponsables mercredi 18 septembre

"Les radars tourelles sont un dispositif nécessaire" dit le nouveau patron des gendarmes de Dordogne

-
Par , France Bleu Périgord

Le lieutenant colonel Louis Pauty était l'invité du matin de France Bleu Périgord. Dans le cadre de la journée spéciale sécurité routière avec France Bleu et France 3. Il est revenu notamment sur l'installation récente de deux radars tourelles en Dordogne.

Le lieutenant colonel Louis Pauty, nouveau patron des gendarmes de la Dordogne
Le lieutenant colonel Louis Pauty, nouveau patron des gendarmes de la Dordogne © Radio France - Antoine Balandra

Le lieutenant colonel Louis Pauty était l'invité ce mercredi matin de France Bleu Périgord. Dans le cadre de la journée spéciale sécurité routière avec France Bleu et France 3. Il est d'abord revenu sur l'une de ses priorités en Dordogne, la sécurité routière. "La sécurité routière fait partie des missions prioritaires de la gendarmerie, notamment en Dordogne dans un département qui lest troisième national en superficie" dit-il.

"Sur ce département, la population est vieillissante, on observe des gens qui vivent dans des habitants isolés, qui prennent leur voiture pour se déplacer, avec un problème parfois de réflexe, donc nous devons prévenir et sensibiliser sur une bonne connaissance du code de la route et voir si leur capacité à conduire est adaptée au principe même de la conduite" dit le lieutenant colonel.

"13 tués depuis le 1er janvier"

"On observe 13 tués depuis le 1er janvier, on en avait 26 l'an dernier, mais l'accidentologie n'est pas forcément en baisse, donc c'est une priorité et un tué est toujours un tué de trop" dit Louis Pauty. "Et il reste plus de 13.000 infractions au code de la route, ce qui est une augmentation de 12% par rapport à l'an dernier" poursuit-il.

Le lieutenant colonel Louis Pauty, invité de la rédaction de France Bleu Périgord

Et puis il y a l'addictologie. "Les stupéfiants, l'alcool, sont des sujets d'infraction et de préoccupation pour moi, c'est pourquoi je cible aussi les jeunes, et nous devons y faire très attention" dit le nouveau patron des gendarmes.

Enquête sur les destructions de radar

Le lieutenant colonel est également revenu sur la poste récente de deux radars tourelles nouvelle génération juste avant Les Versannes et à Bergerac. "Dans le principe, ils sont utiles, cela nous permet de nous déployer plus sur le département, ils sont identifiables, ils sont identifiés, les gens savent qu'à cet endroit précis il y a des radars. Il est nécessaire d'avoir ce dispositif pour être plus présent sur les axes routiers" dit le patron des gendarmes.

"Je condamne les dégradations de radars et nous interpellons les auteurs quand nous le pouvons. Récemment nous avons interpellé un conducteur de camion qui détériorait un radar. Détériorer a un coût, mais cela provoque en plus une facilité à la conduite dangereuse" explique le patron des gendarmes.

Violences conjugales

Alors que plus de 300 faits de violences conjugales ont été relevées en Dordogne au premier semestre, le patron des gendarmes s'engage là aussi à accueillir au mieux les victimes. "La gendarmerie s'engage contre les violences intra familiales, il y a des formations adaptées dès l'école de gendarmerie, et nous prenons en compte les évolutions. Nous avons sur le département 18 militaires formés à cet accueil qui sont des référents, et qui sont chargés auprès des unités de préparer les militaires à un meilleur accueil, à une meilleure prise en charge, quand on peut mettre en oeuvre un militaire féminin pour accueillir une victime, c'est une priorité". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu