Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les recherches pour tenter de retrouver la Minerve reprennent ce jeudi au large de Toulon

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Les recherches pour tenter de retrouver le sous-marin la Minerve, disparu en janvier 1968 au large de Toulon reprennent ce jeudi dans une nouvelle zone jamais explorée. La stratégie de recherche a été présentée ce mercredi à Toulon. Les familles se disent confiantes.

les secousses sismiques étudiées notamment pour déterminer la zone de recherches de la Minerve
les secousses sismiques étudiées notamment pour déterminer la zone de recherches de la Minerve © Radio France - C. MARQUES

Var, France

Les recherches pour tenter de retrouver le sous-marin la Minerve, disparu au large de Toulon le 27 janvier 1968 avec 52 hommes à bord vont reprendre ce jeudi dans une zone jamais explorée de 100 km² à 35 km au sud du Cap Sicié. La stratégie de recherche a été présentée à la presse ce mercredi à la préfecture maritime de la Méditerranée, après avoir été détaillée au préalable à huit familles de disparus présentes. Des familles qui ont accueilli avec confiance cette nouvelle phase de recherches qui débute pour une période indéterminée. "On se sent moins seul. Et la motivation des équipes aura un impact sur le terrain, ça n'est pas possible autrement. Et on va peut-être enfin lever le voile sur la localisation de l'épave", témoigne Christophe Agnus, le fils d'un des disparus.

C'est une zone jamais explorée en profondeur qui va donc être ratissée à partir de ce jeudi à 35 km au sud du cap Sicié. Une zone déterminée après des mois de recherches et d'examen approfondi de différents paramètres. "Nous avons essayé de réunir un maximum d'indices pour avoir une zone de recherches la plus réduite possible", indique le Capitaine de Frégate Thomas, chargé de la stratégie de recherches. Cet ancien commandant d'un sous-marin nucléaire d'attaque s'est replongé dans les archives de l'époque qu'il a épluchées avec un œil neuf, objectif et qu'il a croisées avec des avancées technologiques récentes.

"Nous nous sommes basés sur des indices liés aux secousses sismiques provoquées par l'implosion du navire. Puis nous avons étudié les différentes interactions entre le sous-marin et l'avion qui l'accompagnait durant l'exercice auxquels ils participaient tous les deux. Enfin, nous avons replongé dans les détections effectuées en surface dans les jours qui ont suivi l'accident en les couplant à notre meilleure connaissance désormais des courants sous-marins. Ce travail nous a permis de déterminer une zone prioritaire de 100 km, profonde à certains endroits de 2.400 mètres", détaille le CF Thomas. 

Cartographier les fonds

C'est donc dans cette première zone que le navire océanographique Antéa de l'institut de recherche et de développement va donc travailler avec un drône sous-marin, l'AsterX de l'Ifremer. Le drone capable de couvrir 10km par jour peut rester 10h au fond avec une résolution d'un mètre. Il va récupérer les données qui seront exploitées dans les 24h. "Nous recherchons des gros objets de 30 ou 40 mètres ou des plus petits objets concentrés sur une même zone, qui seraient des indices intéressants", commente le Capitaine de Corvette Martin, commandant les opérations maritimes. En cas de découverte de ce type d'indices, il faudra alors envoyer un autre appareil pour confirmer.

"La tâche est difficile mais nous sommes à 100% motivés confiait le porte-parole du Préfet maritime. Une motivation affichée qui rassure les familles des disparus. "Nous nous sentons moins seuls. Et je suis très impressionné par le travail qui a été accompli, comme une enquête policière pour localiser précisément cette nouvelle zone. J'espère qu'enfin, nous pourrons voir l'aboutissement de quelque chose que nous attendons depuis 50 ans. Et puis c'est surtout enfin savoir où ils reposent et en pensant à eux, se dire, on vous a cherchés jusqu'au dernier instant", témoignait Hervé Fauve, le fils du commandant de la Minerve, à l'issue de la présentation aux familles du dispositif dans la matinée.

Moyens mis en oeuvre pour localiser la Minerve - Radio France
Moyens mis en oeuvre pour localiser la Minerve © Radio France - C. Marquès