Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
Société

Les refuges de la SPA ouvrent leurs portes ce week-end

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Les journées portes ouvertes de la Société Protectrice des Animaux se poursuivent ce dimanche. Chats, chiens, lapins... Ils sont des milliers à attendre un foyer. Au refuge de Gennevilliers, 37 ont déjà été adoptés grâce à cette campagne qui plébiscite les bienfaits de nos compagnons à poils.

Ces deux jours de portes ouvertes dans les refuges de la SPA sont une opportunité pour 4000 animaux recueillis de trouver un nouveau foyer.
Ces deux jours de portes ouvertes dans les refuges de la SPA sont une opportunité pour 4000 animaux recueillis de trouver un nouveau foyer. © Radio France - Léa Guedj

Gennevilliers, France

Comme chaque année, la Société Protectrice des Animaux (SPA) ouvre grand les portes de ses 62 refuges dans toute la France. En 2018, plus de 38 000 animaux recueillis par la SPA ont été adoptés, dont 2 700 rien que dans le refuge Grammont de Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine. Il est encore temps de s'y rendre, car beaucoup attendent toujours d'être adoptés.

Samedi, 37 animaux ont trouvé un nouveau foyer. Parmi eux, 20 chats, 16 chiens et 1 lapin. Mais tous ne sont pas aussi chanceux. Si en moyenne, les pensionnaires restent 4 jours, pour Phyto, "un peu turbulent et têtu", explique la directrice du refuge, Carole Retrou, ça fait 3 ans que ça dure. Alors pour séduire les visiteurs, il se lance dans une démonstration d'agilité.

Adoptés et adoptants doivent montrer patte blanche

Izzye, 6 ans, vient quant à elle de flasher sur un petit berger australien du même nom, âgé de 6 mois. "Il a l'air gentil et je crois qu'il peut bien jouer", s'attendrit la petite fille. Reste à convaincre son père, César, un peu sceptique et conscient de l'engagement "sur 10 ans, voire plus". "Ce sont des frais et il faut réfléchir à comment on va s'organiser pour les sorties, les vacances...", énumère-t-il.

Izzie, 6 ans, a craqué pour un petit berger autrichien, âgé de 6 mois. Il porte le même nom qu'elle. - Radio France
Izzie, 6 ans, a craqué pour un petit berger autrichien, âgé de 6 mois. Il porte le même nom qu'elle. © Radio France - Léa Guedj

Une responsabilité que les bénévoles du refuge ne cessent de rappeler, afin d'éviter le plus possible de nouveaux abondons ou des retours. En 2018, la SPA a eu moins de 4 % de retours d'adoption. Maison ou appartement, horaires d'absence, présence d'autres animaux de compagnie... Tous les candidats à l'adoption doivent remplir un formulaire détaillé pour vérifier leur compatibilité avec les animaux. Et avant d'être adoptés, les futurs compagnons doivent eux aussi passer une batterie de tests, pour vérifier quel comportement ils adoptent avec un chat par exemple.

Tous les candidats à l'adoption doivent remplir un formulaire pour renseigner leur compatibilité avec les animaux. - Radio France
Tous les candidats à l'adoption doivent remplir un formulaire pour renseigner leur compatibilité avec les animaux. © Radio France - Léa Guedj

Avant la signature du contrat d'adoption, il faut fournir une carte d'identité, un justificatif de domicile et une participation de 150 euros pour les frais de vaccination et autres soins. Après avoir "mûrement réfléchi", Morgane ramène le chat Bambou, 2 ans, à la maison.

Les bienfaits de l'adoption

Afin de susciter encore davantage de désir d'adoptions, la campagne de la SPA mise sur les bienfaits que peuvent nous apporter nos amies les bêtes. "On a un partenariat avec la Fédération française de cardiologie qui s'est aperçue qu'il y a 36 % de risque de mortalité cardio-vasculaire en moins, parmi ceux qui ont un chien", explique Jacques-Charles Fombonne. Il faut dire que sortir son chien 3 fois par jour, "ça permet de sortir de son canapé", sourit le président de la SPA.

"Avoir un animal, ça permet aussi de sociabiliser, ajoute Carole Retrou, et quoi de mieux que le ronronnement d'un chat pour se calmer". Pendant les portes ouvertes, des hauts-parleurs diffusent des ronronnements de chat toute la journée,"c'est de la 'ronron' thérapie", décrit-elle. Enfin, "en adoptant, on permet à un pensionnaire de trouver un foyer et on libère de la place pour un autre", conclut Jacques-Charles Fombonne. En 6 ans, le nombre d'adoptions à la SPA a doublé et l'association espère bien continuer sur cette lancée.