Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les résidents à l'année du camping de Bernières-sur-Mer redoutent une expulsion

mardi 16 octobre 2018 à 10:28 Par Marcellin Robine, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Des expulsions en plein hiver au camping de Bernières-sur-Mer, c'est ce que redoute une vingtaine de personnes qui vivent dans des mobil-homes toute l'année. Un grand groupe, Capfun, propriétaire d'une centaine de campings, pourrait reprendre le terrain dans quelques jours. L'inquiétude monte.

Ils sont une vingtaine de résidents à vivre toute l'année au camping de Bernières-sur-Mer
Ils sont une vingtaine de résidents à vivre toute l'année au camping de Bernières-sur-Mer © Radio France - Marcellin Robine

Bernières-sur-Mer, France

L'ambiance n'est pas au beau-fixe au camping de Bernières-sur-Mer. Durant l'été, les résidents ont appris que le camping était en liquidation judiciaire. Certains sont propriétaires de leur mobil-home et d'un bout de terrain, d'autres louent un emplacement pour vivre à l'année à Bernières. "Cela fait 3 ans que je vis ici avec ma famille, témoigne Aurélie Bevilacqua, j'ai investi 22 000 € dans mon mobil-home."

Mais lors d'une audience il y a quelques jours au tribunal de commerce de Caen, les propriétaires de bouts de terrain du camping ont appris que le probable futur repreneur, Capfun, un géant du tourisme avec plus de 100 campings, ne reconduirait pas tous les baux.   Les locataires pourraient être expulsés au 31 décembre. Les résidents n'ont pas reçu de courrier, la reprise devrait être actée le 25 octobre. Jean-Jacques Camus qui vit depuis 3 ans à Bernières est inquiet. "Je viens de refaire ma devanture, je ne vais pas laisser 25 000 € à l'abandon parce qu'un grand groupe va nous racheter."

Jean-Jacques Camus veut déménager son mobil-home dans un autre camping - Radio France
Jean-Jacques Camus veut déménager son mobil-home dans un autre camping © Radio France - Marcellin Robine

La solution pour Jean-Jacques Camus serait de déménager son mobil-home dans un autre camping, près de Port-en-Bessin. Mais il voudrait être indemnisé. "Cela va coûter plusieurs milliers d'euros", selon lui. Gilles Dupont veut bien partir du camping si une solution avec le repreneur est trouvée, "s'ils me proposent une certaine somme d'argent pour reprendre mon mobil-home. Mais là, on a deux mois pour les enlever, ce n'est pas possible."

Les résidents du camping sont donc inquiets car ils n'ont pas d'informations. Le groupe Capfun qui pourrait reprendre le camping ne souhaite pas communiquer avant la décision du tribunal de commerce le 25 octobre. Les habitants qui possèdent un bout de terrain devraient se voir proposer un nouveau contrat. Pour les locataires, tous les dossiers seraient évalués, au cas par cas, pour voir si les mobil-homes s'intègrent bien dans le nouveau projet.