Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des résidents des Jardins Médicis de Milhaud passent leur permis de conduire... un déambulateur

-
Par , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Une partie des résidents de l'EHPAD Les Jardins Médicis à Milhaud (Gard) ont tourné pendant plusieurs mois un film à partir d'un scénario qu'ils ont imaginé. Pourquoi ne pas instaurer un permis de conduire un déambulateur pour éviter les accidents dans les couloirs ?

Yvette, Nadine, Renée et Yves
Yvette, Nadine, Renée et Yves © Radio France - Sylvie Duchesne

Autant le dire tout de suite, ce permis de conduire un déambulateur n'existe pas. En tout cas dans la vraie vie. Sur l'écran en revanche, oui,  grâce à l'imagination débordante de certains résidents de l'EHPAD Les Jardins Médicis de Milhaud. C'est au cours de plusieurs réunions avec Anne, l'animatrice qu'ils ont imaginé le scénario d'un petit film dans lequel ils jouent également. "C'est parti de nos élucubrations explique Yves. On est à une époque où tout est réglementé alors pourquoi pas un permis de conduire un déambulateur, pour sortir de sa piaule. Les accidents sont toujours possible dans les couloirs." Une vingtaine de résidents ont participé à l'aventure ainsi que le personnel. 

"Le but, c'est que les résidents soient acteurs car ils ont encore beaucoup de capacités,explique Estelle Ropital-Van de Poel, la directrice de l'EHPAD. Dans ce film, il y a d'ailleurs des acteurs qui ont des troubles cognitifs de type Alzheimer, de type vasculaire. Ils ont fait beaucoup d'efforts pour participer en apprenant leur rôle. C'est très positif parce que ça n'est pas parce qu'on est malade, qu'on perd la mémoire, qu'on ne peut plus faire. Il y a une solidarité entre les résidents qui n'ont pas de troubles et ceux qui en ont." 

Estelle Ropital-Van de Poel, la directrice de l'EHPAD

"C'est mon premier permis" 

Parmi les actrices, il y a Renée, 89 ans. "Je n'ai jamais passé le permis. Là, j'ai dû apprendre les panneaux et à conduire un déambulateur. C'est mon premier permis !" A côté d'elle, Yvette, 96 ans. Elle, a passé son permis il y a 66 ans. "Aucun PV, aucun accrochage. Ce tournage ça m'a rappelé que j'avais conduit pendant plus de 60 ans sans savoir faire un créneau confie-t-elle d'un air malicieux. Je m'arrangeais toujours pour trouver un parking." Dans le film, elle rêve que la reine d'Angleterre vienne leur rendre visite dans l'EHPAD. "Le seul souci que j'avais c'est qu'elle meurt entre temps. Elle a fait mourir son mari à la place. C'était du délire." Et quand on lui demande s'il a fallu faire plusieurs prises ? "Je suis une star. La première prise est la bonne !" Derrière le sourire et l'humour, les résidents avouent que ce film a été un dérivatif pendant les longues semaines de confinement qu'ils ont subies.  

"Le plus dur, c'est de toujours pas pouvoir toucher et embrasser nos proches." 

Le tournage a été un dérivatif au confinement

Depuis quelques jours, les conditions sanitaires se sont assouplies dans l'EHPAD. Les enfants des résidents peuvent venir quand ils le souhaitent et passer le temps qu'ils veulent. "Les résidents peuvent également sortir à nouveau, aller au restaurant confie Estelle Ropital- Van de Poel. La vaccination, c'est une vraie bouffée d'oxygène. Ça nous permet de revivre avec un peu plus de normalité même s'il reste le masque et les gestes barrières. La convivialité est de retour." Yvette le constate d'ailleurs." Le personnel est plus gai, plus détendu. Oh oui, ça a changé." "Tout n'est pas encore solutionné mais il y a de l'espoir" renchérit la directrice. Quant au scénario du prochain film, il n'est pas encore trouvé. Mais Yves promet, philosophe : "Ça jaillira comme une source d'eau fraîche.

Vers un retour à la normalité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Estelle Ropital- Van de Poel, la directrice de l'EHPAD Les jardins Médicis
Estelle Ropital- Van de Poel, la directrice de l'EHPAD Les jardins Médicis © Radio France - Sylvie Duchesne
Choix de la station

À venir dansDanssecondess