Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le responsable régional des Restos du Coeur s'attend à "20% à 25%" de bénéficiaires en plus cet hiver

-
Par , France Bleu Berry

Les Restos du Cœur s'apprêtent à ouvrir les inscriptions pour leur campagne d'hiver, qui débute au mois de novembre. En Centre-Val-de-Loire, le responsable des Restos Philippe Baptiste attend 20% à 25% de bénéficiaires en plus. Il y a aussi moins de bénévoles.

Philippe Baptiste, le responsable régional des Restos du Coeur en Centre-Val-de-Loire.
Philippe Baptiste, le responsable régional des Restos du Coeur en Centre-Val-de-Loire. © Radio France - Marc Bertrand

Les Restos du Cœur débutent leur campagne d'hiver dans quelques semaines en Centre-Val de Loire. L'association s'attend à une augmentation du nombre de bénéficiaires alors même qu'il y aura moins de bénévoles. "Ce sera tendu cet hiver si l'on n'arrive pas à recruter de nouveaux bénévoles" redoute Philippe Baptiste, responsable des Restos dans la région.

France Bleu Berry : Est-ce que vous vous attendez à recevoir davantage de public cet hiver ?

Philippe Baptiste : Les projections qu'on a nous laissent penser qu'on va avoir beaucoup plus de monde cette année. Cela dépend des département mais globalement on s'attend à 20 à 25% de bénéficiaires en plus. Les inscriptions n'ont pas encore commencé mais ce sont des projections, et ça nous inquiète parce que pendant le confinement on a arrêté de faire appel à un certain nombre de bénévoles qui sont âgés, parce qu'ils étaient fragiles face à l'épidémie. Cela va être tendu cet hiver si l'on n'arrive pas à recruter de nouveaux bénévoles.

Vous avez moins de bénévoles aujourd'hui que pendant le confinement ?

Ils ont été suppléés par plein de gens qui sont venus nous donner un coup de main parce qu'ils étaient en chômage partiel au printemps, mais ce ne sera pas le cas cet hiver, ils sont de retour au travail, donc on ne sait pas comment va se passer la campagne d'hiver. On a aussi besoin des collectivités pour les locaux. Il nous faut des locaux adaptés, certains sont trop étroits pour respecter le protocole sanitaire, pas du tout adaptés pour avoir une entrée et une sortie par exemple. 

Qu'est-ce qu'on peut faire pour vous aider ?

On a besoin de dons, évidemment, mais surtout on a besoin de bras, de forces humaines. Vous avez dans tous les départements une association départementale des Restos, ça peut aussi se faire dans l'un des douze centres de l'Indre par exemple, on n'a qu'à se présenter si on habite le coin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess