Société

Les Restos du cœur de Haute-Garonne n'arrivent pas à s'installer à Colomiers

Par Vanessa Marguet et France Bleu Toulouse, France Bleu Toulouse vendredi 25 septembre 2015 à 19:50

Josette Privat estime que 182 familles de Colomiers frappent à leur porte
Josette Privat estime que 182 familles de Colomiers frappent à leur porte © Radio France - Alban Forlot

Que se passe-t-il à Colomiers, la 2e ville de l'agglomération toulousaine ? La mairie refuse de mettre un local à la disposition des Restos du cœur. 30 ans après l'appel de Coluche, la responsable de l'association en Haute-Garonne le dénonce.

Les Restos du cœur de Haute-Garonne n'ont pas de local à Colomiers, qui est pourtant la 2e ville de l'agglomération toulousaine. L'association n'arrive pas à obtenir l'accord de la mairie pour s'installer d'après la responsable Josette Privat. Elle estime que, par conséquent, l'an dernier 182 familles columérines se sont rendues sur les collectes de Pibrac et de Tournefeuille, déjà pas mal saturées et que cela pose problème. 

L'année dernière sur ces 2 centres, il y avait 182 familles qui résident à Colomiers. Il nous faut un local

 - Josette Privat, responsable des Restos du cœur 31 

Interview de Josette Privat

De son côté, Thérèse Moizan, l'adjointe de Colomiers en charge des solidarités répond qu'elle est prête à discuter avec les Restos du cœur, mais pas forcément pour ouvrir un local. Elle estime, que cette ville où 30% de la population vit dans des logements sociaux, a toujours été en pointe en matière sociale et qu'elle a toujours répondu à la demande. 

Nous avons un partenariat avec le Secours Populaire et le Secours catholique, et dans le cadre du Centre Communal d'Action Sociale, nous avons aussi un restaurant de la solidarité ouvert 365 jours par an pour la modique somme de 72 centimes

 -  Thérèse Moizan, l'adjointe de Colomiers en charge des solidarités

Interview de Thérèse Moizan

Thérèse Moizan dit vouloir prendre contact rapidement avec les Restos du cœur pour régler le problème des 182 familles de Colomiers qui se rendent aux collectes de Pibrac et de Tournefeuille. Elle estime que la plupart peuvent être redirigées vers les structures existantes, notamment le Secours Populaire qui suit aujourd'hui 1300 familles à Colomiers.