Société

Les revendications religieuses au travail ont doublé en un an

France Bleu mardi 21 avril 2015 à 10:58

religions

En 2015, les cadres et managers sont deux fois plus nombreux à se dire confrontés à des revendications de leurs employés liées à la religion, comme les demandes d'absence lors des fêtes religieuses, selon une étude révélée ce mardi par le Parisien.

Ils n'étaient que 12% en 2014, ils sont désormais 23% : c'est la part de managers et de cadres qui affirment, en 2015, avoir affaire à des demandes de leurs employées liées à la religion . C'est le résultat d'une enquête menée auprès d'un millier de salariés par l'institut Randstad et l'Observatoire du fait religieux en entreprise, révélée ce mardi par Le Parisien

Sur l'ensemble des cas auxquels sont confrontés les cadres, 6% débouchent sur des conflits : c'est deux fois plus que l'an dernier, et trois fois plus qu'il y a deux ans. La situation la plus fréquente est la demande d'absence pour fêtes religieuses (à 19%) , suivie par la demande de port ostentatoire d'un signe religieux (17%) et une demande d'aménagement du temps de travail (12%). Dans 4% des cas, il s'agit du refus de travailler avec une femme. 

Les attentats de janvier en cause

"Les manageurs se mettent plein de barrières et ont peur d'être discriminants (...), ce serait presque plus facile pour eux de traiter une demande d'absence pour aller pêcher que pour motif religieux ", explique au Parisien Aline Crépin, de Randstad. En cause, dans cette augmentation du nombre de revendications, les attentats de janvier : selon l'enquête, ce sont ces événements qui ont accru "l'implication défensive " des pratiquants. 

A Montpellier et dans les Hauts-de-Seine, une association, la Faculté libre en études politiques et en économie solidaire, a créé un cours pour aider les cadres à appréhender mieux ces questions ; ainsi qu'un cursus spécialisé à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence.