Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les riverains de la place Candolle à Montpellier partagés sur le sort du micocoulier bicentenaire

mardi 30 janvier 2018 à 6:12 Par Marion Bargiacchi, France Bleu Hérault

L'abattage du micocoulier bicentenaire de la place Candolle à Montpellier a débuté ce lundi. Un abattage dû à des risques de chute de branches. Ceux qui travaillent sur place sont soulagés, ceux qui y vivent regrettent qu'il n'y ait pas de meilleure solution.

Le micocoulier de la place Candolle à Montpellier
Le micocoulier de la place Candolle à Montpellier © Radio France - Marion Bargiacchi

Montpellier, France

Le chantier d'abattage du micocoulier de la place Candolle de Montpellier a débuté lundi . Un arbre de 16 mètres, vieux de plus de 200 ans, mais devenu trop dangereux d'après les services de la mairie.  

Cet été, des branches sont tombées sur la terrasse d'un restaurant cet été, au moins d'août.  Titi, l'un des serveurs sur la place, travaillait ce soir là : "Il était 22 heures, des musiciens jouaient en terrasse, il y avait du monde. D'un coup, on a entendu un craquement à l'extérieur. Ma collègue a eu le temps de crier aux clients de se pousser, mais des branches leur sont tombées dessus.

"À partir du moment où des gens ont été blessés, je pense qu'il faut le couper". Titi, serveur sur la place

Titi raconte la soirée où les branches du micocoulier ont commencé à tomber.

Un arbre bicentenaire très abîmé 

Le micocoulier a déjà quelques branches coupées, des câbles en retiennent d'autres au tronc. Sur le tronc, un papier déposé par les services de la mairie : "Suite à expertise, la Direction Paysage et Biodiversité va procéder sur cette place à l'abattage d'un micocoulier (risque de rupture de branches) et d'un mélia (arbre déstabilisé), afin de garantir la sécurité publique." 

Au pied de l'arbre, du béton a été coulé : "Cet arbre est complètement creux, c'est pour mieux le maintenir", explique un autre employé sur la place. "Quand les branches ont commencé à tomber, on s'est vraiment inquiétés. Pour nous qui travaillons ici, pour les gens qui viennent prendre un verre ou manger en terrasse, c'est plus sûr de l'enlever."

Des voisins inquiets

Un partie des riverains s'inquiète de voir un peu de l'âme de cette place s'en aller. "C'est quand même plaisant d'avoir un arbre en face de soi quand on ouvre ses fenêtres" raconte l'une. D'autres regrettent qu'ils n'y ait pas de solution intermédiaire.

Des arbres plus petits doivent être plantés, mais certains, comme Lonzano, n'y croient pas : "J'ai vu ce qu'ils ont fait devant l'église Saint-Roch. Ils ont remplacé les beaux cerisiers par des tout petits arbres ridicules."

La souche de l'ancien micocoulier doit être sculptée, d'abord posé sur la place Candolle puis dans le prochain jardin partagé du square de l'Intendance.