Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société DOSSIER : Le pourquoi du comment

Les roux : vérités et fantasmes

mercredi 30 janvier 2019 à 8:00 Par Thierry Boulant, France Bleu Auxerre

A Paris, le musée national Jean-Jacques-Henner, présente à partir de mercredi une exposition intitulée "Roux" avec des œuvres qui mettent en scène ces flamboyantes chevelures. C'est une forme de revanche pour les roux qui ont souvent été montrés du doigt au cours de l'histoire.

 5% des français sont roux et seulement 2% de la population mondiale
5% des français sont roux et seulement 2% de la population mondiale © Maxppp - Michel Constantini

Yonne, France

Pourquoi les roux ont-ils suscité autant de fantasmes au cours des siècles ?

Les chrétiens ne les ont pas épargnés. La chevelure rouge, la couleur du feu, des flammes et par extension de l'enfer, n'était pas très populaire au moyen âge. On avait vite fait de vous coller l'étiquette de sorcière ou d'apprenti sorcier et de vous ligoter à un bûcher. Le roux est aussi la couleur de la traîtrise, puisque Judas a souvent été représenté avec cette chevelure. 

Le baiser de Judas. Judas a souvent été représenté avec des cheveux roux .Photo d'illustration - Maxppp
Le baiser de Judas. Judas a souvent été représenté avec des cheveux roux .Photo d'illustration © Maxppp - Frederic Naizot

Le pourquoi du comment version radio pour roussir de plaisir

Pour ne rien arranger, les rousses ont elles aussi été longtemps associées à des femmes de petite vertu. Saint louis n'y est pas pour rien puisqu'au milieu du XIIIe siècle (1254), il exige que les prostitués se teignent en rousse pour les différencier des femmes vertueuses. Une réputation qui va longtemps leur coller aux cheveux. Aux XIXe siècle encore, la "Nana" d’Emile Zola est rousse, tout comme la « Nini peau d’chien » du chansonnier, enterré dans l'Yonne à Subligny, Aristide Bruant.

La rousseur, d'où cela vient-il ?

La rousseur, c'est une histoire de gènes: le MC1R . Pour qu'un individu soit roux, il faut que chacun des parents soit porteur de ce gène. Les roux représentent 2 % au maximum de la population sur la planète. Une proportion qui grimpe à 5 % à peu près en France, 10% chez les irlandais et 15% chez les écossais.

Les roux sont-il toujours autant stigmatisés aujourd'hui ?

Les préjugés ont la vie dure, et le « roussisme » existe toujours: les insultes et les noms d'oiseau font encore souffrir dans les cours d'école ou dans la vie quotidienne, mais les roux s'organisent pour affirmer leur droit à cette petite différence de pigments. Ils ont des festivals aux Pays-Bas, au Canada et même en Bretagne, des blogs qui leurs sont consacrés, une journée mondiale le 12 janvier qui nous invite à "embrasser un Roux" et des stars qui les représentent avec panache. 

Des vedettes imaginaires comme Spirou ou Obélix et des célébrités en chair et en os, les chanteurs Ed Shiran et Mylène Farmer, les comédiens Damian Lewis, Thierry Fremont ou David Caruso, et les actrices Isabelle Huppert, Audrey Fleurot ou Jessica Chastaing pour ne citer qu'elles.