Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La mission parlementaire sur la SNSM ouvre "le temps des questions" sur le drame des Sables-d'Olonne

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Les sénateurs de la mission d'information sur le sauvetage en mer se sont rendus aux Sables-d'Olonne ce lundi 22 juillet pour leur premier déplacement. Ils ont rencontré les sauveteurs de la station des Sables.

Les sauveteurs de la SNSM, en face des sénateurs Corinne Féret et Didier Mandelli, le 22 juillet.
Les sauveteurs de la SNSM, en face des sénateurs Corinne Féret et Didier Mandelli, le 22 juillet. © Radio France - Marc Bertrand

Vendée, France

"Nous sommes en droit de nous poser des questions". Le mot est lâché par le maire des Sables-d'Olonne, Yannick Moreau, en ouverture de la rencontre. Une dizaine de sénateurs de la mission d'information sur le sauvetage en mer sont venus aux Sables-d'Olonne, ce lundi 22 juillet, pour rencontrer les sauveteurs de la SNSM des Sables-d'Olonne, endeuillés par la perte de trois des leurs lors de la tempête Miguel le 7 juin dernier. 

"Il y a le temps du deuil, qui est encore là, il y a eu le temps du recueillement, désormais, il y a le temps des questionnements"
- Bruno Retailleau, sénateur de Vendée

Ce premier déplacement de la mission parlementaire se voulait avant tout "symbolique", estime Henri Lechat, le délégué départemental de Vendée de la SNSM. Mais le sénateur de Vendée Bruno Retailleau, qui n'est pas membre de la mission, veut aussi qu'elle puisse "faire la lumière" sur le drame du 7 juin. 

Un rapport qui servira de "référentiel" pour le gouvernement

Les parlementaires ont échangé avec les représentants des sauveteurs, dont plusieurs ont survécu au naufrage du Jack Morisseau. Le canot tout-temps datait des années 1980. Il est sorti en mer ce jour-là parce que la nouvelle vedette de la station, le Jacques Joly livré en 2016 pour 1,4 millions d'euros, est indisponible jusqu'à aujourd'hui et nécessite réparation.

"Cela pose question sur comment l'argent public a été employé. Comment se fait-il qu'on a un bateau livré depuis 3 ans aux Sables-d'Olonne et qui ne fonctionne toujours pas ?"
- Yannick Moreau, maire des Sables-d'Olonne

"Vu l'investissement du dernier bateau, qui est de l'argent public, on est en droit de se poser des questions nous les élus", ajoute encore le président du département Yves Auvinet. Les sauveteurs, eux, ont eu le sentiment d'être écoutés : "Ils nous ont posé des questions, mais on sent qu'ils connaissent leur sujet", remarque Florence Pineau, de l'association des familles de marins.

Les parlementaires devaient se rendre en fin d'après-midi au Mémorial des péris en mer, au Prieuré Saint-Nicolas, au bout de la jetée du port. La mission d'information parlementaire doit rendre un rapport "dès la rentrée prochaine", au mois d'octobre. Le Premier ministre Edouard Philippe avait promis après le drame du 7 juin que des décisions seraient prises en novembre, le rapport parlementaire doit "servir de référentiel" dans cette optique, assure le rapporteur de la mission Didier Mandelli. 

Choix de la station

France Bleu