Société

Ile-de-France : les salariés de La Poste dénoncent les coups de rabot menés par la direction au détriment des usagers

Par Nathalie Doménégo, France Bleu Paris et France Bleu mercredi 15 novembre 2017 à 3:10

© Radio France - Nathalie Doménégo

L'Ile-de-France n'échappe pas à la fermeture de certaines de ces agences postales comme c'est déjà le cas dans plusieurs régions de France. Elle n'échappe pas non plus à la réduction des horaires d'ouverture au public, de l'ordre de 30% selon la CGT, au détriment des usagers.

De plus en plus de mouvements de grèves ou de manifestations se sont développés ces derniers jours en Ile-de-France, dans les bureaux de poste. Il y a eu des grèves les 10, 11, 19 et 20 octobre dernier dans des agences des Hauts-de-Seine et un rassemblement départemental ce mardi devant la préfecture du Val-de-Marne.

La grève dure à Evry

Un autre rassemblement a été organisé mardi devant les locaux de la direction départementale de la poste de l'Essonne, à Evry. Un cinquantaine de personnes était réunie. Certaines d'entre elles en étaient à leur 16e jour de grève. Elles répondaient à l'appel de la CGT et de Sud Solidaire. Il y aurait eu 80% de grévistes selon les syndicats. Tous protestent contre les suppressions de postes et les fermetures d'agence. On compte 200 fermetures en Ile-de-France en 2017 selon la CGT, et une réduction des horaires d'ouverture au public.

Reportage de Nathalie Doménégo auprès des salariés grévistes du secteur de Ris Orangis

Stress et surcharge de travail à Ris-Orangis

Les grévistes du secteur de Ris-Orangis (Essonne) dénoncent la suppression des agences et la réduction des horaires d'ouverture au public qui entraînent le mécontentement des usagers disent-ils. Le tout dans un climat de stress et de surcharge de travail.

Ils ne comprennent pas pour quelles raisons les agences de La Poste ouvrent plus tard le matin ou ferment plus tôt le soir, parfois même pendant l'heure de déjeuner ou encore le lundi ou le samedi selon les sites. Une incompréhension que partagent bon nombre de salariés franciliens, selon Nancy Balduena, représentante CGT La Poste en Ile-de-France.

Nancy Balduena, représentante CGT à La Poste pour l'Ile de France

Pour la direction de La Poste, il faut s'adapter aux nouveaux besoins des clients

En réponse, la direction de La Poste explique qu'elle "poursuit ses investissements dans la modernisation des bureaux de poste franciliens, et qu'elle a investi 45 millions d’euros depuis trois ans. La Direction Exécutive du réseau La Poste en Ile-de-France a la volonté de proposer une présence postale de qualité et pérenne. Les modes de vie et les besoins de services changent. Face à ce constat et pour être toujours capable de maintenir son engagement de proximité, La Poste doit passer d'une logique d'implantation physique à une logique d'adaptation de son offre de services là où elle est la plus utile. Pour cela, elle adapte son offre de services et diversifie ses formes de présence en s'appuyant sur des formats innovants et en intégrant pleinement les nouveaux modes de vie, de déplacement et de consommation de ses clients".

"Les réflexions sur l’évolution de la présence postale se font localement et systématiquement en concertation avec les élus et en fonction d’un grand nombre de critères comme la fréquentation du bureau, le contexte socio-économique de la zone, ou encore les services présents. Nous étudions en fonction de chaque situation avec les maires concernés de nouvelles formes de présence postale telles les Agences Postales Communales ou les points de services La Poste Relais. Les communes et La Poste définissent ensemble la formule qui convient le mieux." La poste fait également savoir qu'elle "accorde une grande importance au respect du dialogue social et échange régulièrement avec les organisations syndicales au sujet des évolutions dues à sa transformation."