Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Les salons d’esthétique se battent toujours pour rouvrir rapidement

-
Par , France Bleu Occitanie

Depuis le début du troisième confinement, entamé le 5 avril, les esthéticiennes ne peuvent plus travailler. Elles parlent d’injustice notamment parce qu’elles ne comprennent pas pourquoi les coiffeurs et les barbiers peuvent eux travailler.

Leslie Granier est présidente de la confédération nationale artisanale des instituts de beauté et spas (CNAIB 81) à Albi.
Leslie Granier est présidente de la confédération nationale artisanale des instituts de beauté et spas (CNAIB 81) à Albi. © Radio France - Sandrine Morin

Pas question de s’offrir en ce moment un soin du visage ou une épilation. Alors que les coiffeurs sont ouverts, les salons d’esthétique sont toujours fermés. Un coup dur pour toutes les esthéticiennes qui ont du mal à comprendre pourquoi. Sur la devanture de nombreux salons, on peut lire le #LesVitrinesDeLaRévolte

Coiffeurs et barbiers ouverts 

Un autre message frappe : "Ce masque (du visage) aussi est essentiel." Les esthéticiennes se comparent surtout avec les coiffeurs ou même les barbiers qui eux ont le droit d’exercer. Malgré plusieurs courriers adressés au gouvernement, rien n’a bougé depuis le début du confinement. La plupart des salons espéraient une réouverture le 3 mai. Les cahiers de réservation étaient en surchauffe. Mais ce sera plus tard a annoncé Jean Castex, le chef du gouvernement, la semaine passée.

Leslie Granier est présidente de la confédération nationale artisanale des instituts de beauté et spas (CNAIB 81) et gérante du salon "Atout Leslie Beauté". Elle ne cesse de s'interroger depuis des semaines. "Il n'y a aucune explication. On ne comprend pas. On est très content que les coiffeurs et autres corps de métier soient restés ouverts. Mais expliquez-nous pourquoi nous sommes fermés." 

Leslie Granier poursuit : "On reçoit les clients un par un alors que, par exemple, on peut être plusieurs dans une même pièce chez le coiffeur. Les barbiers peuvent épiler, faire des soins de visage et peuvent exercer sans avoir un diplôme d'État, alors que nous, diplômées d'État, on pourrait épiler, faire des soins du visage, mais on reste fermées. Expliquez-nous la différence. Pourquoi chez eux on n'attrape pas le Covid, et chez nous il y aurait plus de danger." 

Préserver la santé mentale 

À Toulouse, la vitrine du salon de Sabrina Guédié est recouverte d’affiches rouges qui crient sa colère. L’esthéticienne a tout simplement l’impression d’avoir dû abandonner ses clientes. "Ils le disent eux-mêmes, le gouvernement, qu'ils veulent préserver la santé mentale des gens et en fermant les salons de beauté, ils font que c'est tout le contraire. Ça fait dix ans que je travaille dans mon institut. Je n'ai jamais eu autant de massages relaxants. Les gens ne vont pas bien. Ils ont besoin d'être touchés, d'être relaxés. Fermer les salons, ce n'est pas ça qui va arranger les choses. " 

Le salon de Sabrina rue du Taur à Toulouse recouvert de slogan
Le salon de Sabrina rue du Taur à Toulouse recouvert de slogan © Radio France - Manon Klein

À Albi, beaucoup des collègues de Leslie Garnier ont cru à une réouverture prochaine, le 3 mai avant de devoir annuler les rendez-vous réservés. Les soins à domicile sont comme ceux dans les salons également interdits.  

Les esthéticiennes en colère ont de l'humour
Les esthéticiennes en colère ont de l'humour - @DR
Choix de la station

À venir dansDanssecondess