Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les sans-abris dénoncent l'augmentation des vols et violences dans les rues de Grenoble

jeudi 10 janvier 2019 à 18:53 Par Nicolas Joly, France Bleu Isère

L'association grenobloise "parlons-en" organisait ce jeudi un moment d'échange autour des problèmes qui touchent les sans-abri. Militants associatifs et personnes vivant dans la rue s'y sont retrouvés. Certains alertent sur une recrudescence des vols et des violences dans les rues de Grenoble.

Pour les personnes qui vivent dans la rue, se faire voler son sac c'est comme se faire voler sa maison
Pour les personnes qui vivent dans la rue, se faire voler son sac c'est comme se faire voler sa maison © Maxppp -

L'association "parlons-en" réunissait une trentaine de personnes ce jeudi à la salle polyvalente de l'Île verte. Militants associatifs et sans-abris d'hier ou d'aujourd'hui ont pu échanger autour des problématiques de la vie dans la rue. Certains alertent sur une augmentation des vols et des violences qui ciblent les personnes de la rue.

Une trentaine de personnes assistaient aux échanges - Radio France
Une trentaine de personnes assistaient aux échanges © Radio France - Nicolas Joly

Voler un sac, c'est voler une vie

Dissimuler ses papiers entre deux coutures, attacher plusieurs sacs avec un mousqueton. Nicolas livre ses astuces pour faire son sac lorsque l'on vit dans la rue, comme il l'a fait durant plusieurs années. Il liste les objets indispensables pour survivre dans la rue : "Un sac de couchage pour dormir, c'est indispensable. Un peu de vaisselle et un réchaud pour pouvoir manger même quand il pleut. Des petits sacs plastiques pour mettre ses pieds et ses affaires au sec." La liste est ensuite complétée par tous les membres de la petite assemblée. "Évidemment le mieux c'est d'avoir les clés d'un appartement" plaisante l'un des participants.

La liste des objets indispensables pour vivre dans la rue, établie avec les propositions des personnes présentes au "parlons-en" - Radio France
La liste des objets indispensables pour vivre dans la rue, établie avec les propositions des personnes présentes au "parlons-en" © Radio France - Nicolas Joly

L'association l'a invité pour qu'il partage ses conseils aux personnes qui vivent dans la rue. "Pour un sans-abri, son sac c'est sa maison. Si vous lui volez, il perd tout", affirme Hakim, militant associatif qui œuvre auprès des sans-abris. "Plusieurs personnes de la rue nous alertent ces derniers temps. Elles se sont fait _voler leurs sacs, avec parfois des violences_. Ça arrive de plus en plus souvent. Nous avons sollicité la police qui en a pris compte mais ça continue."

Pour un sans-abri, son sac c'est sa maison. Si vous lui volez, il perd tout. - Hakim, militant associatif   

La violence fréquente dans les rues

Les personnes qui vivent à la rue apprennent à rester sur leurs gardes. Mathilde a 75 ans, elle a trouvé l'année dernière un logement après 11 ans passés dans les rues de Paris, Cannes et Grenoble. "Je me suis faite agresser dans la rue. Énormément. En décembre 2017 on m'a volé ma carte d'identité dans un foyer", confie-t-elle, "Le peu de choses qu'on a _nous tient énormément à cœur_. Si vous n'avez qu'une paire de chaussettes trouée, peu importe, c'est votre paire de chaussettes."

Des photos prises par les associations ornent les murs de la salle - Radio France
Des photos prises par les associations ornent les murs de la salle © Radio France - Nicolas Joly

Aujourd'hui encore, elle garde des souvenirs douloureux de ces larcins : "C'est comme si on vous cambriolait. C'est un viol de votre intimité. On met du temps à s'en remettre et _on en garde toujours des angoisses_. En ce moment je vis dans un appartement, j'ai une porte blindée mais je mets toujours une barre de fer en travers des escaliers au cas où."