Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les sauveteurs en mer de Cayeux-sur-Mer lancent une campagne de financement participatif

-
Par , France Bleu Picardie

3000 euros. C'est l'objectif fixé par les sauveteurs en mer de Cayeux-sur-mer pour leur première campagne participative. Une collecte destinée à renouveler une partie du matériel et assurer l'entretien des bateaux. Peu de personnes le savent, mais la SNSM fonctionne essentiellement avec des dons.

La SNSM ne fonctionne qu'avec des dons privés. À Cayeux-sur-Mer, 13 sauveteurs sont disponibles 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.
La SNSM ne fonctionne qu'avec des dons privés. À Cayeux-sur-Mer, 13 sauveteurs sont disponibles 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. - Arthur Mulier

Cayeux-sur-Mer, France

La station de la SNSM à Cayeux-sur-mer dans la Somme lance sa première campagne de financement participatif. Objectif : récolter au moins 3000 euros d'ici la fin du mois de septembre. Cette somme servira entre autre au renouvellement du matériel des sauveteurs et à l'entretien de leurs deux bateaux

À l'échelle nationale, l'association reçoit une aide de l'Etat, mais l'essentiel du fonctionnement des centre locaux de sauveteurs en mer, comme celui de Cayeux-sur-mer, est financé uniquement grâce aux dons. Pour vous donner une idée : le centre de Cayeux-sur-mer a deux bâteaux, dont un de sept mètre qui coûte 90 000 euros à l'achat (le centre doit en payer le quart) ; l'équipement d'un sauveteur, avec plusieurs combinaisons, les lignes de vie, son casque et le reste du matériel coûte 2000 euros

Les dons récurrents en baisse

"Si on dépasse cette somme, c'est extraordinaire. Ça va permettre de renflouer nos caisse. Aujourd'hui, on voudra continuer les exercices de sauvetage pour former nos jeunes et nouveaux sauveteurs, explique Arthur Mulier, sauveteur depuis 2017 et référent communication de la SNSM de Cayeux-sur-Mer. C'est un peu plus compliqué aujourd'hui, parce qu'avant on avait toujours des dons récurrents. On en a encore mais un peu moins, donc cette campagne est intéressante parce que les donateurs savent pourquoi ils donnent."

Il tient aussi à être très clair sur le mode de financement du travail des sauveteurs permanents : "Très peu de gens savent que les sauveteurs embarqués qui assurent la sécurité en Baie de Somme toute l'année _ne sont pas rémunérés_. C'est là le gros dilemme, les gens se disent : pourquoi les sauveteurs en mer font une campagne de crowdfunding, alors que les sauveteurs en mer sont rémunérés, je les vois sur les plages l'été ?" Les saisonniers que vous croisez sur les plages sont rémunérés par les communes, qui ont l'obligation d'assurer la surveillance des plages. Elles font souvent appelle à la SNSM. 

En un peu moins de deux mois, la SNSM de Cayeux-sur-Mer a récolté un peu plus de 1300 euros.  Si vous souhaitez la soutenir, vous pouvez faire un don sur ce site, ou participer à la journée nationale de collecte de l'association, le 29 juin prochain.