Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les sauveteurs Manchois de la SNSM jugent la proposition de subvention du gouvernement "insuffisante"

-
Par , France Bleu Cotentin

Le gouvernement s'est engagé à augmenter la subvention annuelle de la SNSM de 4,5 millions d'euros. La proposition sera examinée ce lundi soir à l'Assemblée nationale. Dans la Manche, les sauveteurs en mer saluent cette bonne nouvelle, mais estiment que le compte n'y est pas.

Les bénévoles de la station de Goury, à la pointe du Cotentin
Les bénévoles de la station de Goury, à la pointe du Cotentin © Radio France - Raphaël Cann

Manche, France

Ce lundi soir, le budget de la SNSM sera examiné à l'Assemblée nationale sous la forme d'un amendement au projet de loi de finances 2020.  Le gouvernement s'est engagé à augmenter leur budget annuel de 4,5 millions d'euros. "C'est un grand pas, mais le compte n'y est pas", estime Jean-Marie Choisy, le président de la Société nationale de sauvetage en mer dans la Manche.

L'association, qui fonctionne à 80% grâce aux dons privés, recevait jusqu'à présent six millions d'euros par an. "Aujourd'hui, nous avons besoin de 9 millions d'euros pour pérenniser notre modèle", explique ce bénévole. Le principal enjeu : la formation. "Nous n'avons plus que 30% de personnes embarqués issus de milieu maritime, donc nous devons intensifier nos efforts sur ce plan."

Cette subvention devrait néanmoins permettre d'aider à renouveler une flotte vieillissante. 45% des canots tous temps de la SNSM ont plus de 25 ans et 15% ont plus de 30 ans, comme celui de la station de Goury, à la pointe du Cotentin.

"Imaginez une voiture qui a une trentaine d'années"

Ce large bateau conçu pour braver tous les climats est en usage depuis 1989. "On a vécu des belles aventures avec", raconte Yohan Sanson, le patron de la station de Goury. Ce navire sera remplacé d'ici deux ans. "Imaginez une voiture qui a une trentaine d'années. Même si elle est en parfait état, technologiquement elle est dépassée." Et cela sans compter les soucis d'électricités à bord.

L'entretenir leur revient à 50.000 euros par an. Pour réduire ces coûts, les bénévoles l'entretiennent régulièrement. "On a chacun nos spécialités. Moi, je travaille dans la maintenance et on a deux électriciens, mais tout le monde touche un peu à tout", précise Sébastien.

Vidanges, réparation du moteur, entretien du chariot sur lequel est placé le bateau : tout y passe. "On fait des petites économies. Quand on rentre au port, on va à 20 noeuds pour ne pas consommer trop d'essence", résume Anthony, bénévole depuis 20 ans. "On a du changer de GPS récemment, on en a pris un à 3.000 euros, dans une gamme de prix correct pas plus, pour être raisonnable."

Sur les murs de la station de Goury, des plaques listent les personnes sauvées depuis 1871. La tradition s'est arrêtée en 2005, par mesure d'économie.

Ces listes s'étalent jusqu'à 1871 - Radio France
Ces listes s'étalent jusqu'à 1871 © Radio France - Raphaël Cann
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu