Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Les singes, potentielles victimes du coronavirus

La Palmyre, Les Mathes, France

Les grands primates ont un patrimoine génétique extrêmement proche de celui des êtres humains. Ils pourraient donc, eux aussi, être atteints du Covid-19. Dans les parcs animaliers de Poitou-Charentes, des mesures de précaution ont été prises pour les protéger d'une éventuelle contamination.

La Vallée des Singes, dans la Vienne, est le seul parc animalier de France à accueillir des bonobos
La Vallée des Singes, dans la Vienne, est le seul parc animalier de France à accueillir des bonobos © Maxppp - Paul Zinken

Les singes peuvent-ils être porteurs du coronavirus ? Oui, à en croire une étude expérimentale réalisée en Asie le mois dernier. Des scientifiques chinois ont tenté d'injecter le Covid-19 à des macaques de laboratoire. Et ils sont tombés malades. Six jours après l'injection, ils ont contracté une pneumonie. Mais aucun n’en est mort. 

Pour le moment, il n'y a pas de cas de transmission naturelle recensé chez les grands singes. C’est donc l’Homme qui pourrait faire circuler le virus chez les primates, puisque leur patrimoine génétique est très proche du notre, assure Jean-Pascal Guéry, directeur scientifique du parc animalier de La Vallée des Singes dans la Vienne.

Les grands primates sont sensibles exactement aux mêmes virus que nous, comme la grippe, la varicelle, la gastro entérite. Donc oui, il y a de fortes chances qu'ils puissent attraper le coronavirus.

Impossible de mettre un grand singe sous respirateur

Si des grands singes venaient à être contaminés, ce serait "catastrophique" estime Jean-Pascal Guéry. Il craint une potentielle épidémie au sein du parc animalier.

Les humains peuvent l'attraper, mais ils seront soignés si les hôpitaux arrivent à faire face. Nous, on n'a aucune possibilité de mettre un grand singe sous respirateur. 

Impossible également d'appliquer les mesures adoptées avec les humains. _"_Confiner des animaux, c'est compliqué. Donc si un individu l'attrape, tout le groupe pourrait disparaitre." 

Jean-Pascal Guéry en est persuadé, en cas de contamination, les 25 bonobos et 10 gorilles de La Vallée des Singes pourraient mourir. "Et ce serait dramatique", se désole-t-il. D'autant que le bonobo est une espèce en voie de disparition. Alors pour éviter de propager le virus chez les grands singes, des mesures de précaution ont été prises dans les parcs animaliers de Poitou-Charentes.

Des mesures de précaution

Depuis deux semaines, l’accès aux visiteurs est évidemment interdit. Les grands primates sont placés sous haute surveillance. Seuls les soigneurs sont encore en contact avec eux, mais ils doivent appliquer des gestes barrières : le port du masque et de gants est obligatoire. 

Au Zoo de La Palmyre, près de Royan, il faut même passer par un pédiluve entre chaque enclos. Des mesures plus drastiques que lors d'autres épidémies plus classiques comme la varicelle, le rhume ou encore la gastro entérite. 

Mais le directeur de La Palmyre se veut rassurant. "Les animaux sont quasiment en quarantaine !", promet Patrick Caillé. Comme nous, finalement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu