Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les spécialistes des faux papiers en mission à Pau

samedi 19 mai 2018 à 10:59 Par Marie-Line Napias, France Bleu Béarn

La police des frontières a garé son fourgon laboratoire mobile d'analyse documentaire au péage de Pau vendredi matin. L'une des missions de la PAF est de lutter contre l'immigration irrégulière et ce fourgon est un outil indispensable.

Le laboratoire mobile d'analyse documentaire
Le laboratoire mobile d'analyse documentaire © Radio France - Marie line Napias

Pau, France

Vendredi un "ouibus", 32 véhicules, et 93 passagers ont été contrôlés,  28 documents ont été analysés par le laboratoire mobile, aucun faux n'a été diagnostiqué. La plupart du temps, pour les papiers français, les policiers de la police des frontières sont capables de reconnaître à l’œil nu les faux documents. Le laboratoire est surtout utilisé pour les papiers émis par des pays étrangers. 

La directrice de la police de l'air et des frontières des Pyrénées atlantiques et des Landes : Judith Gäbel

Ce laboratoire est utilisé par des analystes hautement qualifiés. Ils sont 300 dans toute la France, 22 répartis sur les sites d'Hendaye, de l'aéroport de Biarritz et de Pau. Ils utilisent une sorte de microscope électronique qui permet de zoomer sur les documents et de les soumettre à plusieurs sortes de lumière, comme les infrarouges, ça permet de vérifier certains dispositifs de sécurité utilisés par différents pays, par exemple les hologrammes ou les encres qui changent de couleur en fonction de la lumière. 

Benoit Cassiere, capitaine de police, analyste documentaire

Le laboratoire est aussi connecté à une banque mondiale de données via une tablette numérique. Cette banque est alimentée en temps réel, elle recense tous les dispositifs de sécurité utilisés par les différents pays pour protéger leurs documents et aussi toutes les techniques utilisées par les fraudeurs pour tenter de tromper la police. C'est pourquoi les faux saisis sont conservés précieusement, ils alimentent la banque de données.