Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Les stigmates de la tempête Alex à Malaussène : "La montagne nous est tombée dessus"

-
Par , France Bleu Azur

À Malaussène, village d'environ 300 habitants dans la vallée du Var, la tempête Alex a provoqué une avalanche de pierres et de boue. Six maisons sont inhabitables dans le bas du village et des habitants ont été relogés.

Le salon de Jacques Struggo envahit par les pierres, la boue, un arbre est même passé à travers une fenêtre
Le salon de Jacques Struggo envahit par les pierres, la boue, un arbre est même passé à travers une fenêtre © Radio France - Marion Chantreau

Le 2 octobre, à Malaussène, des roches se sont détachées de la montagne, ont dévalé les vallons et envahi des maisons en bas de la commune. Des coulées de boue ont aussi endommagé des bâtisses et des terrains. Un traumatisme pour certains habitants, hébergés actuellement par des proches ou leurs employeurs. 

Plusieurs quartiers ont vu leurs chemin d'accès coupés ou endommagés. Les pompiers, la Sécurité civile et les agents de Force 06 s'activent sur place pour dégager les chemins et déblayer. 

"J'ai senti que la montagne m'expulsait"

Des tonnes de pierres, de la boue, et un arbre ont déboulé d'un coup dans la maison de Jacques Struggo, vendredi dernier peu après 22 heures 

Personne ne pensait que la montagne allait descendre sur nous. J'ai senti un souffle, j'ai pensé a une tornade 

"puis j'ai entendu un grondement comme un tremblement de terre, un roulis de pierres et j'ai compris que la montagne dévalait, je suis resté là dans la maison, de peur d'être enseveli si je sortais" raconte cet habitant qui avait racheté pour la retaper une bergerie à Malaussène en 2005. 

"Plus tard, j'ai vu mon voisin me faire signe avec une lampe torche, je l'ai appelé à l'aide, on s'est réfugié chez lui, il y a eu une deuxième coulée, on a failli être ensevelis à quelques minutes près.

reportage

Jacques y voit comme un cri d'alarme : "J'ai senti que la montagne m'expulsait, l'homme est capable de faire des choses formidables, une maison qui résiste, mais la nature a envie d'être présente, le réchauffement climatique je le touche du doigt là. Il faut faire preuve de modestie par rapport aux éléments.

Jacques ne veut pas déblayer pour le moment ces pierres qui ont enseveli son garage et se sont amoncelées jusqu'à la hauteur du toit à l'arrière de sa maison. Comme pour garder une trace, un témoignage de ce déchaînement de la nature, face à laquelle il préfère s'incliner. Il attend le passage des experts, des géologues mais ne pense pas reconstruire. 

Frédéric fait aussi partie des sinistrés, sa maison a été ensevelie par les pierres et la boue :

"J'ai juste eu le temps de sauter par la fenêtre avec le chien, j'avais de la boue jusqu'à la taille."

Frédéric se confie aux côtés du maire de Malaussène, Jean-Pierre Castiglia, lui aussi très choqué par les événements. 

Frédéric et Jean-Pierre Castiglia

Un psychologue a fait le tour des habitants du village. Une famille avec des enfants a quitté Malaussène pour le Var, traumatisée. 

La maison du cantonnier a aussi été envahie par la boue, et des fissures sont apparues sur les murs, la façade, des infiltrations d'eau. Il craint que les fondations aient bougé. 

De la boue et des pierres, les pompiers en ont retiré des tonnes de certaines maisons, le capitaine Cajezza vient du centre de secours de Villars-sur-Var "Au niveau du bas de ce quartier on a encore des maisons avec un mètre de de boue à l'intérieur. On a recrée les accès, dégagé les tours des maisons inaccessibles, aidé les gens à récupérer des affaires à l'intérieur. On reste sur place pour un soutien psychologique."

reportage

L'heure est au déblayage et Mathieu Langlois, originaire du village, propose son aide aux habitants. La Sécurité civile et les pelleteuses continuent de dégager certains chemins, dans le village. Des distributions d'eau ont lieu car l'eau potable n'est pas encore revenue et des bénévoles distribuent aussi des produits alimentaires et d'hygiène donnés lors de collectes solidaires. 

La maison de Jacques Struggo et son garage ensevelis par les pierres
La maison de Jacques Struggo et son garage ensevelis par les pierres © Radio France - Marion Chantreau
Jacques Struggo devant ce qui reste de sa cuisine d'été
Jacques Struggo devant ce qui reste de sa cuisine d'été © Radio France - Marion Chantreau
Les pierres ont dévalé de la montagne
Les pierres ont dévalé de la montagne © Radio France - Marion Chantreau
On vide les maisons sinistrées et inhabitables
On vide les maisons sinistrées et inhabitables © Radio France - Marion Chantreau
Ce qui reste de la piscine du cantonnier
Ce qui reste de la piscine du cantonnier © Radio France - Marion Chantreau
Ce qui reste d'une voiture à Malaussène
Ce qui reste d'une voiture à Malaussène © Radio France - Marion Chantreau
Un sillon creusé par les pluies
Un sillon creusé par les pluies © Radio France - Marion Chantreau
des pierres ont dévalé, charriées par la pluie et recouvert ce chemin sur 3 mètres de haut
des pierres ont dévalé, charriées par la pluie et recouvert ce chemin sur 3 mètres de haut © Radio France - Marion Chantreau
Choix de la station

À venir dansDanssecondess