Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les sushis ne font plus recette

mercredi 12 août 2015 à 10:34 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

Le sushi est passé de mode. A partir des années 2000, les établissements qui vendaient des sushis se sont multipliés. Aujourd’hui, en 2015, le sushi ne plait plus autant et la concurrence est rude.

samurai sushi
samurai sushi © Radio France

Les sushis sont beaucoup moins à la mode en 2015 qu’au début des années 2000. A l’époque, le plat japonais avait le vent en poupe. Les chaines et les établissements qui vendaient des sushis se sont multipliés. Certains ont même beaucoup investi. Parfois trop et aujourd’hui, face à une demande qui s’est stabilisée, des enseignes ont du mal à faire face.

L’une des critiques des consommateurs portent sur le prix : "On n’a pas tellement les moyens de manger ça tous les jours ", avoue un client parisien. "Moi, j’y vais de moins en moins. Dépenser 15 ou 20 euros tous les midis, ça revient cher ", ajoute une parisienne.

La concurrence est forte

Avec les hamburgers, le poulet frit, les bagels et les sandwichs, les consommateurs ont l’embarras du choix et les sushis en subissent les conséquences. Moins surprenants, moins exotiques qu'avant, les sushis sont passés de mode et ils sont délaissés par les clients.

Certaines entreprises subissent ce désamour de plein fouet. Planet Sushi est en procédure de sauvegarde. Elle a dû étaler ses dettes pour pouvoir les honorer. La situation est la même pour la société Matsuri. "Force est de constater que les résultats ces dernières années n’ont pas été comparables à ceux que Matsuri a connu du temps de ses années fastes. Je pense que le marché est arrivé à maturité ", indique Stéphane Cavet, l’avocat de Matsuri.

Shushi - Radio France
Shushi © Radio France

Sushi Shop tire son épingle du jeu

Sushi Shop, leader sur ce marché, s’en sort un peu mieux. Il ne mise plus sur l’ouverture de nouvelles boutiques en France. Il se tourne plutôt vers l’étranger. "Notre grande priorité pour les années à venir ça va être l’Angleterre ", affirme Grégory Marciano, cofondateur de Sushi Shop. D’ici quelques mois, l’entrepise aura quatre boutiques ouvertes à Londres. Elle espère 7% de croissance, soit 165 millions de chiffre d’affaires.