Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les syndicats dénoncent la baisse des aides au logement, qualifiée "d'urgence" par le gouvernement

lundi 24 juillet 2017 à 14:41 Par Julien Baldacchino, France Bleu

Les syndicats ont vivement dénoncé ce lundi la baisse prévue de cinq euros des différentes aides au logement. De son côté, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner évoque "une urgence" pour boucler le budget pour 2018.

Six millions de bénéficiaires toucheront cinq euros de moins par mois
Six millions de bénéficiaires toucheront cinq euros de moins par mois © AFP

"Le gouvernement donne un très mauvais signal aux familles les plus pauvres et aux jeunes" : dans un communiqué publié ce lundi, la CFDT critique la baisse annoncée samedi des aides au logement, qui concernera à partir d'octobre l'aide personnalisée au logement (APL), l'allocation de logement familiale (ALF) et l'allocation de logement sociale (ALS), à hauteur de cinq euros de moins chaque mois.

A LIRE AUSSI : L'APL va diminuer de 5 euros par mois pour tous les bénéficiaires dès le 1er octobre 2017

Mesure "aveugle"

Annoncée par Edouard Philippe dès son discours de politique générale le 4 juillet dernier, puis confirmée le 12 juillet par le ministre de l'Economie Burno Le Maire, cette mesure fait l'unanimité contre elle parmi les responsables syndicaux et associatifs. "La baisse de 5 euros n'est pas anecdotique pour ceux qui ont déjà beaucoup de mal à boucler les fins de mois", ajoute la CFDT. La CGT, de son côté, regrette que l'effort budgétaire porte "toujours sur le dos des plus démunis".

Louis Gallois, président de la Fédération des acteurs de la solidarité, qui réunit quelque 850 organismes, dénonce aussi une mesure qu'il juge "aveugle" : "Pour une personne qui touche le revenu de solidarité activité (RSA), cinq euros en mois par mois, c'est significatif", a-t-il déclaré dans une interview pour Le Monde.

"Urgence" budgétaire

De son côté, le gouvernement avance une mesure pas prise "de gaieté de cœur" : le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner évoque même une "urgence", car "il manque 150 millions d'euros dans le budget de l'Etat", a-t-il dit sur RMC. La baisse de cinq euros pour cette aide qui touche six millions de personnes représentera une économie, pour les trois derniers mois de 2017, de 97,5 millions d'euros.

Selon Christophe Castaner, le gouvernement va "faire en sorte que chacun puisse toucher son APL, parce que c'est ça la bonne nouvelle entre guillemets, alors que les crédits n'étaient pas là". Le porte-parole du gouvernement a également répondu à l'ancien ministre du budget Christian Eckert, qui a affirmé ce week-end que la mesure n'avait jamais été imaginée par le précédent gouvernement : "Il y a la lettre de cadrage qui a été envoyée par Manuel Valls au ministre du Logement et qui a été préparée par monsieur Eckert qui prévoyait cela. Si M. Eckert le souhaite il pourra demander à ce que cette lettre soit publique", a-t-il déclaré.