Société

Les taxis manifestent à nouveau contre la concurrence des VTC

France Bleu lundi 10 février 2014 à 8:31 Mis à jour le lundi 10 février 2014 à 15:40

Une grève de taxis contre les VTC à Paris, en janvier 2014
Une grève de taxis contre les VTC à Paris, en janvier 2014 © MaxPPP

Une nouvelle mobilisation nationale des chauffeurs de taxis a été lancée ce lundi matin par cinq syndicats, pour protester contre la concurrence déloyale des Véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC). Quelques centaines de taxis se sont mobilisés selon les sources aéroportuaires, contre 5.000 à 6.000 selon les syndicats.

Une nouvelle fois, les chauffeurs de taxis sont en grève ce lundi, à Paris et dans plusieurs villes de France. A l'appel de cinq syndicats (CGT, FO, CFDT, CST et SDCTP), les taxis sont invités à participer à des opérations escargot, pour protester contre la concurrence des véhicules de tourisme avec chauffeur , les VTC.

Les manifestations provoquent de fortes perturbations autour des villes concernées. A Paris, quelque 250 kilomètres de bouchons ont pu être comptabilisés en fin de matinée : les chauffeurs sont partis des aéroports de Roissy et Orly aux alentours de 8h, direction le centre de la ville. Selon les syndicats, entre 5.000 et 6.000 taxis s'étaient mobilisés . Les sources aéroportuaires n'en ont, elles, compatbilisé que 800 au départ de Roissy et 300 au départ d'Orly. Les véhicules se sont ensuite dirigés vers le Champ-de-Mars, à Paris.

Dans les Bouches-du-Rhône, l'aéroport de Marseille-Provence et la gare d'Aix-en-Provence étaient visés par les opérations escargot. Quelques dizaines de kilomètres de bouchons touchaient les routes du département, avec 600 taxis mobilisés (selon le syndicat des taxis marseillais).

> LE POINT sur la situation à Bordeaux, avec France Bleu Gironde

"On ne se bat pas à armes égales. C'est comme si on demandait à deux boxeurs de monter sur le ring, mais l'un des deux, vous lui attaches les deux bras derrière le dos" — Karim Lalouani, syndiqué CGT

Un décret suspendu par le Conseil d'Etat

Mercredi dernier, le Conseil d'Etat a suspendu un décret publié fin décembre dernier, au motif que ce dernier portait "une atteinte grave et immédiate aux intérêts économiques " des sociétés concernées. Ce décret imposait un délai obligatoire de 15 minutes entre la réservation et la prise en charge d'un client par un VTC. Ces automobiles, qui transportent aussi des voyageurs, n'ont pas une signalétique obligatoire comme les taxis.

A l'inverse des taxis, les VTC, qui pratiquent souvent une politique commerciale plus agressive, n'ont pas le droit de prendre des passagers à la volée dans la rue. Selon les syndicats, les VTC, "qui travaillent quasiment sans règlementation ", ne respectent pas cette obligation

Taxis et VTC - Aucun(e)
Taxis et VTC

Partager sur :