Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les Touches : permis de construire refusé, une famille vit depuis deux ans dans un mobil-home

lundi 6 novembre 2017 à 20:25 Par Audrey Dumain, France Bleu Loire Océan

Il y a deux ans, Noann Bommé s'est installé en tant qu'agriculteur aux Touches, près de Nort-sur-Erdre, en Loire-Atlantique. Il a quitté sa maison en pensant pouvoir réhabiliter un ancien bâtiment agricole. Sa demande de permis de construire a été rejetée.

Noann Bommé pensait pouvoir réhabiliter ce bâtiment et en faire sa maison.
Noann Bommé pensait pouvoir réhabiliter ce bâtiment et en faire sa maison. © Radio France -

Les Touches, France

C'est un rêve qui s'est transformé en cauchemar. Il y a deux ans, Noann Bommé, sa femme et ses deux enfants ont tout quitté pour emménager dans une ferme. Cet ancien boucher s'est installé en tant qu'agriculteur. Ils ont 70 bêtes, des bâtiments agricoles, mais pas de maison car la bâtisse qu'ils pensaient pouvoir rénover est sur une zone naturelle donc soumise à des normes particulières. Depuis, ils vivent dans 27m², dans un mobil-home.

Pas d'exception

Si un bâtiment est sur une zone naturelle, il est interdit de le transformer en habitat familial. Le maire a le pouvoir d'autoriser le permis de construire mais il refuse de faire une exception. Autoriser ce permis à un agriculteur reviendrait à donner son accord pour tous les autres qui le souhaitent et la situation deviendrait impossible : "La règle est la même pour tous", explique Frédéric Grégoire, le maire de la commune.

L'agriculteur, lui, a plutôt l'impression de faire les frais d'un différend familial. Son frère, avec qui il s'est disputé, est aussi adjoint au maire.