Économie – Social DOSSIER : Le dossier du jour de France Bleu Vaucluse

Les travailleurs handicapés sont deux fois plus touchés par le chômage que les autres

Par Kevin Dufreche, France Bleu Vaucluse mercredi 15 novembre 2017 à 7:03

"On sait travailler comme les autres", disent souvent les travailleurs handicapés.
"On sait travailler comme les autres", disent souvent les travailleurs handicapés. © Radio France - Kevin Dufrêche

C'est en ce moment la semaine européenne pour le travail des personnes handicapées. Un enjeu de société, lorsque l'on sait que leur taux de chômage frôle les 20%.

C'est très simple : les travailleurs handicapés sont deux fois plus touchés par le chômage que le reste de la population. Leur taux de chômage est de 19%, quand le taux moyen est à 10%.

Au total, c'est plus de 2,5 millions de personnes qui ont une reconnaissance administrative du handicap, ça représente environ 7% de la population active, tout de même.

Si le fauteuil roulant est le symbole du handicap souvent, il ne représente que 2% des situations. Les trois quarts des handicaps sont invisibles, et surtout, ça n'arrive pas qu'aux autres : un Français sur deux connait une situation de handicap, ponctuelle ou définitive, une fois dans sa vie.

Après l'origine, le handicap est la deuxième cause de discrimination. Près de la moitié des chômeurs handicapés ont plus de 50 ans, et on sait que le taux de chômage chez les seniors de manière générale est élevé.

Enfin, elles patissent aussi d'autres problèmes, en plus du handicap : les problèmes de garde d'enfants, l'isolement lié à un statut de famille mono parentale, ou encore les problématiques de mobilité : pas de véhicule adapté, pas de transports en commun...

En théorie, toutes les entreprises de plus de 20 salariés doivent employer au moins 6% de travailleurs handicapés. La réalité est toute autre : 3,6% dans le privé, presque 5% dans le public.

Diversité des handicaps, diversité des situations

80% des handicaps sont invisibles. L'autisme, la dyslexie, les maladies psychologiques, les problèmes de dos, etc. Toutes ces pathologies peuvent ouvrir un droit à être reconnu comme travailleur handicapé.

Pour Virginie Tomassin-Dili, chargée de mission à Cap Emploi en Vaucluse (l'organisme qui s'occupe d'accompagner les travailleurs handicapés dans leur recherche d'emploi), le problème principal, c'est la représentation du handicap du côté des entreprises : "Certaines imaginent toujours le fauteuil roulant, des personnes grabataires... Ce n'est pas parce qu'on est un travailleur handicapé qu'on va être plus absent que les autres, ou que ça va être compliqué", explique-t-elle.

Diversité des handicaps, diversité des parcours : Marie et Damien témoignent

Les ESAT, mondes pas si à part

Certains handicaps ne permettent pas de travailler en milieu ordinaire. Ce qui ne veut pas dire que les personnes ne travaillent pas. Les établissements et services d'aide par le travail (ESAT) sont là pour accueillir ces publics. À Carpentras, c'est une vraie petite usine : 80 personnes y travaillent tous les jours, et fabriquent des fonds de cagettes en bois, du grand tronc d'arbre, au produit final.

80 personnes handicapées travaillent à l'ESAT de Carpentras, dans l'atelier où l'on fabrique des fonds de cagette en bois - Radio France
80 personnes handicapées travaillent à l'ESAT de Carpentras, dans l'atelier où l'on fabrique des fonds de cagette en bois © Radio France - Kevin Dufrêche

À l'ESAT Carpentras, une vraie petite usine