Société

Les travailleurs sociaux et médico-sociaux de Côte-d'Or réclament plus de moyens

Par Christophe Tourné, France Bleu Bourgogne mercredi 23 septembre 2015 à 5:46

Les travailleurs sociaux manifestent
Les travailleurs sociaux manifestent © Radio France - Marion Bastit

Une cinquantaine de travailleurs sociaux et médico-sociaux s'est rassemblée devant la préfecture de Dijon ce mardi à l'appel de la CFDT. Ils dénoncent des difficultés croissantes pour assurer leurs missions auprès des publics qu'ils ont en charge.

Ils sont assistants sociaux, éducateurs spécialisés ou encore médecins ou infirmières scolaires. Ils s'occupent de jeunes ou de familles en difficulté, mais aussi de personnes âgées ou handicapées. Et alors qu'il y a de plus en plus de personnes à aider, ils ont de moins en moins de moyens pour assumer leurs missions. L'humain nécessite des moyens au delà d'une vision purement comptable. C'est le message qu'ils ont voulu délivrer au préfet de la Côte d'Or.

Sur le terrain, le travail devient impossible

A Domois, l'Itep, l'Institut Educatif Thérapeutique, accueille trente enfants de 6 à 16 ans. Ils sont atteints de troubles du comportement. Et cette année, six éducateurs spécialisés ont quitté l'établissement pour effectuer du suivi à domicile qui coûte moins cher.

Résultat : ils ne sont plus que 12 éducateurs au lieu de 18 et Geneviève Legendre, l'une des éducatrices spécialisées, en voit les conséquences directes sur les enfants.

« Moins de possibilités pour eux de faire des activités variées. Ils sont moins bien suivis parce que les éducateurs ont plus de dossiers, de « présence enfants ».> Plus de violence. C'est un phénomène qui s'est accru cette année, donc pour les protéger ce n'est pas simple. Les enfants ont aussi de plus en plus souvent besoin de soins en pédopsychiatrie qui a, elle aussi moins de moyens pour les hospitaliser quand ils sont en crise. Ce sont des enfants qui sont capables de faire des tentatives de suicide, qui s'automutilent »

Ce mouvement de contestation a perturbé aussi les écoles dijonnaises ce mardi.

Les animateurs du périscolaire étaient eux aussi en grève. il n'y avait pas de repas chaud dans une cantine sur deux le midi. Des repas froids ont été servis dans vingt cantines et il n'y a pas eu de repas du tout dans neuf autres. Il n'ya pas eu non plus d'activités le soir dans une école sur trois.