Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les universités bretonnes mobilisées contre les violences sexistes

mardi 21 novembre 2017 à 6:30 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Armorique

L'enseignement supérieur breton se mobilise contre les violences sexistes. Une lettre d'engagement a été signée lundi après-midi par 14 établissements.

Les universités bretonnes ont signé une lettre d'engagement
Les universités bretonnes ont signé une lettre d'engagement

Bretagne, France

Lundi après-midi, sur le campus de l'Ecole Normale Supérieure de Rennes à Ker Lann, les présidents et directeurs de l'enseignement supérieur breton ont signé une lettre d'engagement contre les violences sexistes.

Toute la semaine, la région se mobilise contre ces violences pour tenter de faire changer l'environnement à l'université, avec une campagne de communication contre le harcèlement de rue ou encore une initiation au self-defense.

L'omerta, il s'agit de la briser

Pour Olivier David, président de l'université Rennes 2, cette lettre d'engagement a un poids supplémentaire : "Les universités n'échappent pas à ce qui caractérise l'ensemble de la société, donc nos établissements n'échappent pas aux violences sexuelles. Par contre, là où nous souhaitons avancer, c'est de pouvoir les repérer facilement, accompagner les victimes, et surtout faire en sorte que ces pratiques n'existent plus" explique-t-il. D'où la nécessité que de nombreux établissements s'engagent ensemble. "A l'échelle régionale, on s'est dit que nous aurions plus de visibilité à cet échelon, il y a un enjeu à échanger et se nourrir des expériences des autres établissements", ajoute Olivier David.