Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : "Les vacances scolaires favorisent le plateau voire la baisse de l'épidémie"

-
Par , France Bleu Picardie

Le Professeur Maxime Gignon, épidémiologiste au CHU d'Amiens sera attentif aux effets des vacances d'hiver, qui débutent ce vendredi 19 février en Picardie, sur la propagation du coronavirus. La situation sanitaire en Picardie reste mauvaise.

Le Professeur Maxime Gignon, épidémiologiste au CHU d'Amiens
Le Professeur Maxime Gignon, épidémiologiste au CHU d'Amiens - CHU Amiens

Alors que l'épidémie de Covid-19 reste vive en Picardie, les vacances d'hiver commencent ce vendredi 19 février pour deux semaines. C'est l'occasion de faire le point sur la situation sanitaire dans la Somme, l'impact des variants du coronavirus et la campagne de vaccination avec l'épidémiologiste Maxime Gignon, responsable Prévention et Risques au CHU d'Amiens.

"Les vacances favorisent au moins le plateau voire la baisse de l'épidémie", explique le Professeur Maxime Gignon du CHU d'Amiens

"Isoler c'est la meilleure solution contre le virus"

Le gouvernement rallonge l'isolement des personnes testées positif de 7 à 10 jours à partir de lundi 22 février, le médecin amiénois approuve. "Ce virus profite de nos relations sociales et, malheureusement, isoler est la meilleure solution pour éviter qu'il se transmette. Cet allongement est notamment lié au variant britannique qui est contagieux plus longtemps." Selon le ministre de la Santé, Olivier Véran, la mutation anglaise représente 36% des contaminations en France. Même constat dans la Somme, "On voit que c'est une proportion qui augmente. On a commencé à repérer le variant anglais au début du mois de janvier et il augmente progressivement, de manière assez disparate sur le territoire."

Les vacances freinent la circulation du virus ?

Alors que les indicateurs de l'épidémie sont mauvais dans les Hauts-de-France et notamment dans la Somme - avec un taux d'incidence autour de 250 cas pour 100.000 habitants contre 190 pour la moyenne nationale - l'épidémiologiste espère que les vacances d'hiver vont freiner la circulation du virus. "On a constaté qu'après les vacances de la Toussaint et de Noël, il n'y avait pas d'explosions d de l'épidémie. Donc, manifestement, le fait que les gens soient en congés, qu'il y ait moins d'activités professionnelles et scolaires, favorise au moins le plateau voire la baisse de l'épidémie."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess