Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les victimes de l'assureur de smartphones SFAM ont jusqu'au 31 août pour demander à être remboursées

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

La Société d'assurance spécialisée en téléphonie mobile (SFAM) a été épinglée par la répression des fraudes pour ses pratiques commerciales trompeuses. Non seulement à une amende de dix millions d'euros, mais aussi à rembourser les personnes qui s'estiment victimes de ces "pratiques frauduleuses".

2.000 personnes se sont signalées auprès de la répression des fraudes comme victimes des "pratiques frauduleuses" de la SFAM.
2.000 personnes se sont signalées auprès de la répression des fraudes comme victimes des "pratiques frauduleuses" de la SFAM. © Maxppp - Lionel Vadam

Roanne, France

Comment se faire rembourser si vous êtes une victime de la SFAM ? D'abord, il est urgent de vous faire connaître. La société d'assurance spécialisée en téléphonie mobile basée à Romans-sur-Isère dans la Drôme (et qui possède et va agrandir une plateforme téléphonique à Roanne), a été épinglée par la répression des fraudes pour ses pratiques commerciales trompeuses à une amende de dix millions d'euros. Mais aussi à l'indemnisation des clients qui ont contracté une assurance sans le savoir, en achetant un téléphone portable.  Si vous êtes concernés, vous avez jusqu'au 31 août pour vous signaler auprès de la SFAM, afin d'être remboursés.

C'est du vol", dénonce Thérèse

La répression des fraudes a annoncé avoir reçu plus de 2.000 plaintes, c'est le cas de Thérèse, 65 ans, qui vit à Rozier-en-Donzy, près de Feurs. Pour elle, les ennuis ont commencé en septembre 2015, lors de l'achat d'un nouveau téléphone portable. "Jamais on ne m'a expliqué que j'allais être prélevée de sommes régulièrement sur mon compte. Au début, on n'y fait pas trop attention, parce qu'on se dit c'est juste 4,99 euros, puis 19,99, puis 3 euros, puis 20,99 euros, et puis quand on fait le point cela représente une bonne petite somme, et c'est là qu'on se dit qu'il faut agir", raconte Thérèse.  En un an, elle a été prélevée de 255 euros en tout. Après plusieurs courriers recommandés, la SFAM lui rembourse environ 80 euros, on est donc encore loin du compte. 

2.000 personnes se sont manifestées auprès de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Mais elle doit persévérer, c'est ce que lui conseille le journaliste de Que Choisir, Cyril Brosset, qui a mené une grande enquête sur la SFAM et révélé les "pratiques frauduleuses" de l'entreprise. L'UFC Que Choisir, vient d'ailleurs de publier sur son site toutes les démarches à suivre, pour les personnes qui s'estiment victimes.  "Les victimes doivent faire parvenir une demande directement à la SFAM, par mail, avec leur contrat, leurs noms et prénoms, les sommes prélevées, afin que l'entreprise procède ensuite au remboursement. On ne sait pas en revanche quand ces remboursements interviendront mais nous suivront ce dossier de près, et dans tous les cas, si ces remboursements n'interviennent pas, l'entreprise s'expose à des poursuites supplémentaires", explique le journaliste.

Pour les personnes qui s'estiment victimes de l'entreprise, il faut envoyer un mail de réclamations à : demande.remboursement@sfam.eu ; l'UFC Que Choisir, conseille de mettre en copie du mail la Direction départementale de la protection des populations de la Drôme, qui centralise les plaintes dans ce dossier, via l'adresse suivante : ddpp@drome.gouv.fr.