Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Les violences conjugales explosent" , selon Véronique Tomas, la déléguée régionale au droit des femmes

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

Les chiffres sur les violences faites aux femmes sont en forte augmentation. C'est ce que disait ce mardi matin l'invitée de France Bleu Maine Véronique Tomas, la déléguée régionale au droit des femmes. Plus 35%, rien que sur le numéro d'appel d'urgence, le 3919 pour la région en 2019.

violences conjugales, femme battue
violences conjugales, femme battue © Maxppp - Cyril Dodergny

Les chiffres sur les violences conjugales explosent en Pays de la Loire. Selon Véronique Tomas, la déléguée régionale au droit des femmes, il y a eu plus de 35% de demandes, rien que sur le numéro d'appel d'urgence, le 3919 l'année dernière. 

9.834 femmes ont été accueillies l'année dernière par une association dans la région. Et les forces de l'ordre ont constaté plus de 7.300 faits.

La Sarthe mauvais élève 

"La Sarthe pèse 22,5% des actes de violences alors que le département représente 15% de la population, souligne Véronique Tomas, la déléguée régionale au droit des femmes. Ça veut dire que les femmes vont nettement plus vers les associations et la police et la gendarmerie. _2.236 faits ont été enregistrés sur le département en 2019_. C'est sans doute un effet du protocole départemental mis en place par le préfet et le procureur. Sur les profils, c'est vraiment très large, puisqu'en fait, les violences ne sont pas cantonnées à un secteur professionnel. Et ça touche aussi tous les âges. Et les enfants sont très marqués parce que dans 80% des cas, les femmes ont des enfants."

Véronique Tomas, la déléguée régionale au droit des femmes.
Véronique Tomas, la déléguée régionale au droit des femmes. - @véroniquetomas

Ça va mieux pour l'accueil dans les commissariats  

L'année, dernière, l'association départementale Solidarité femmes avait dénoncé les difficultés pour porter plainte des femmes notamment au commissariat. Pour Véronique Tomas, la déléguée régionale au droit des femmes : "ça va mieux. En fait, les chiffres parlent d'eux-même car on a une très forte augmentation du nombre de plaintes au commissariat et en brigades de gendarmerie. Ça veut dire que l'on a une amélioration de la qualité de l'accueil. Cependant, il peut y avoir des difficultés. À ce titre, il y a un audit qui est en cours au près de 400 commissariats et  brigades en France et au près de 500 femmes victimes de violences. Il y a aussi une grille d'évaluation des dangers qui a été mise en place dans le cadre du Grenelle des violences conjugales. 23 questions sont systématiquement posées aux femmes qui viennent déposer plainte. Cette grille permet d'évaluer la gravité des faits et des dangers et c'est transmis systématiquement à l'autorité judiciaire."

Interview de Véronique Tomas, la déléguée régionale au droit des femmes.

Un plan de formation 

"Il y a un grand plan de formation actuellement déployé pour les forces de l'ordre, ajoute Véronique Tomas. En 2019, par exemple, c'est 4.000 personnes qui ont été formées sur les violences faites aux femmes, et c'est 300 policiers et gendarmes qui ont été formés sur notre région. Aujourd'hui ça va être une obligation, auparavant, c'était les Vif, les référents violences intra-familial. Mais, aujourd'hui, on voit bien la nécessité de former l'ensemble des acteurs et des professionnels. La parole des femmes se libère, et l'accueil de la parole des femmes s'améliore aussi."  

À LIRE AUSSI : Violences conjugales : "améliorer l'accueil au commissariat du Mans est la priorité"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu