Société

Les viticulteurs girondins s'assurent de plus en plus

Par Lorrain Sénéchal, France Bleu Gironde mercredi 23 juillet 2014 à 16:57

Le préfet de Gironde Michel Delpuech a rencontré les viticulteurs de l'Entre-deux-Mers
Le préfet de Gironde Michel Delpuech a rencontré les viticulteurs de l'Entre-deux-Mers © Radio France - Lorrain Sénéchal

Un an après les terribles orages de grêle qui ont fond touché 22.000 hectares de vignes dans l'Entre-deux-mers, un fond public de 100 millions d'euros a été mis en place pour aider les viticulteurs à s'assurer. Mais certains professionnels sont toujours en grande difficulté.

Les viticulteurs de l'Entre-deux-Mers disent leur inquiétude à l'Etat. Un an après des grêles terribles pour le vignoble de l'Entre-deux-Mers -22.000 hectares touchés, parfois 100% des parcelles détruites- les professionnels peinent à se relever.

Ce mercredi, à l'appel de la FDSEA, le préfet Michel Delpuech s'est rendu à Grézillac, dans le Libournais. Il a annoncé que l'aide gouvernementale pour financer les assurances des agriculteurs sera de 100 millions d'euros, au lieu de 80 prévus initialement. Une enveloppe qui permet de rembourser jusqu'à 65% du contrat d'assurance d'un vicitulteur. L'aide sera financée en partie par les fonds européens et sera maintenue jusqu'en 2020.

Jean-Etienne Garzaro possède 13 hectares de vignes à Baron, Cursan, Croignon et Genissac, dont 80% détruites l'an dernier. Il n'était pas assuré et ne l'est toujours pas, il trouve cela trop cher : 150 euros par hectares, et explique que les contrats d'assurance sont toujours bourrés de clauses.

Jean-Etienne Garzaro, viticulteur : "cette année je ne ferai pas de bénéfices"

La FDSEA Gironde pousse elle les agriculteurs à s'assurer. D'ailleurs, Patrick Vasseur, le président départemental du syndicat, rappelle que les vicitulteurs qui se sont assurés l'an dernier sont à nouveau sur leurs pieds cette année. Mais Patrick Vasseur pense que l'Etat aura du mal à tenir ses promesses. Selon lui, "le taux de remboursement ne sera pas de 65% comme promis". Il assure que "les céréaliers qui ont souscrit un contrat avec l'aide public n'ont été remboursé qu'à 43%".

De 600 à 1.600 viticulteurs assurés

Nathalie Fabre, chef du service Economie agricole à la Direction départementale des territoires et de la mer estime que c'est la responsabilité des viticulteurs de souscrire à une assurance, surtout grâce au dispositif gouvernemental. Selon elle, les risques climatiques se multiplient, et l'assurance ne représente que 5% des coûts globaux d'une exploitation.

Nathalie Fabre, des services de l'Etat, pousse les viticulteurs à s'assurer.

Malgré l'inquiétude, la mesure du gouvernement porte ses fruits : 1.600 viticulteurs de Gironde en ont déjà bénéficié sur les 6.500 que compte le département. Ils n'étaient que 600 l'an dernier.

Le reportage de Lorrain Sénéchal à Grezillac