Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les vœux aux Corréziens chers à Jacques Chirac et à François Hollande n'auront plus lieu

mercredi 10 janvier 2018 à 18:08 Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin

Il n'y aura pas de vœux aux Corréziens conjoint de l’État et du département de la Corrèze cette année. Pascal Coste, le président du Conseil départemental a décidé de ne pas faire du tout de cérémonie officielle de vœux. La fin d'une tradition ancienne qui accueillait les deux présidents corréziens.

Janvier 2007. Les derniers vœux aux Corréziens de Jacques Chirac.
Janvier 2007. Les derniers vœux aux Corréziens de Jacques Chirac. © Maxppp - Christian Stavel

Corrèze, France

Les vœux aux Corréziens, C'est ainsi qu'en Corrèze on avait l'habitude de désigner la cérémonie de vœux organisée conjointement chaque année en janvier par l’État et le Conseil départemental. La tradition avait été lancée en 1971 par Jacques Chirac qui était alors justement président de l'assemblée départementale corrézienne. Surtout c'est cette cérémonie qui a permis ensuite à ce même Jacques Chirac de venir chaque année de ses deux mandats présidentiels faire ainsi ses vœux aux corréziens. 

15 000 euros d'économie

La formule a été reprise à l'identique par François Hollande. Seul le nom a été changé pour devenir "vœux aux territoires",. Dans les faits cela donnait une réception précédée de discours, devant tout le gotha corrézien. 1500 voire jusqu'à 2500 invités. Cela coûtait tout de même les dernières années 15 000 euros pour sa part au département. En ces temps difficiles pour tout le monde explique Pascal Coste il est important "d'éviter tous ces faux frais". Et puis, poursuit-il pour expliquer sa décision "le gouvernement nous demande de faire des économies" Dont acte.