Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Interdiction des corridas aux mineurs : la lettre ouverte du torero Sébastien Castella à la députée Aurore Bergé

Sébastien Castella écrit à la députée LREM Aurore Bergé. Le matador adresse une lettre ouverte pour répondre à sa proposition d'un projet de loi visant à interdire aux mineurs l'accès aux corridas.

Sébastien Castella en piste
Sébastien Castella en piste © Radio France - Paul NicolaÏ

Nîmes, France

Il a beaucoup été question cet été d'une polémique sur la corrida, quand deux ministres ont été vus dans les arènes de Bayonne. Dans la foulée, Aurore Bergé a souhaité l'interdiction des corridas aux mineurs. La porte-parole de LREM a aussi annoncé que des députés de la majorité planchaient sur une proposition de loi sur le bien-être animal. 

Le 12 août, Aurore Bergé se prononçait clairement sur le sujet sur franceinfo "Je n'appartiens pas à une secte, je considère juste, comme une grande majorité des Français, que c'est une question sociétale majeure."

Ce mercredi, fait rare de la part d'un torero français, le Bitterrois Sébastien Castellas s'est fendu d'une lettre ouverte adressée directement à la députée.

Extraits

"Même si vous n’êtes pas sensible à toutes les cultures, je veux croire que, comme véritable française, vous êtes profondément attachée à la devise "Liberté, Égalité, Fraternité" que nous portons bien haut. Donc, en tant que citoyen français, je revendique la liberté. Liberté de penser, liberté de choisir mon travail et mes goûts et, surtout, liberté de choisir quelle éducation je dois donner à mes filles. Alors, vraiment, dans le berceau de la liberté et comme porte-voix d’un parti qui la prône, vous voulez enlever aux parents celle d’éduquer librement leurs enfants ? Vous voulez, d’un coup de plume, éliminer cette liberté pour laquelle vos propres parents se sont battus en mai 68 ? Oui je dis éduquer. Parce que, pour ce qui me concerne, la tauromachie a été une école de la vie et une éducation."

"Savez-vous, madame Bergé, combien de gamins ont été sauvés de l’exclusion sociale et de la délinquance dans les écoles taurines de Nîmes, Arles, Béziers, pour ne citer que celles-là ?"

"Vous dites que les enfants ne peuvent assister à la corrida parce qu’on y voit la mort en vrai. Je vous conseille, en toute humilité, la lecture brève mais intense de "Cinquante raisons de défendre la corrida" de notre compatriote Francis Wolf. Il y parle de la tauromachie comme école du respect. Il y évoque aussi le soi-disant "trauma" dont seraient victimes les enfants présents à une corrida. Et bien "n’importe quoi peut traumatiser un enfant. En particulier la violence muette, aveugle et absurde, à laquelle on ne peut donner ni sens ni raison." Ce n’est pas moi qui l’affirme. C’est monsieur Wolf, philosophe réputé, professeur émérite à l’école Normale Supérieure de la rue d’Ulm."               

"La violence dépourvue de sens et de raison c’est, par exemple, celle à quoi les enfants sont exposés sur les réseaux sociaux grâce aux portables qu’ils manipulent mieux que moi et peut-être mieux que vous. Va-t-on interdire les réseaux sociaux ? La loi va-t-elle y exiger un contrôle parental ? Non, à l’évidence. Attaquer la tauromachie est politiquement plus correct. Et plus rentable. Ce que, sans doute, vous pensez." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu