Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Leur bébé est placé pour maltraitance, cette famille bretonne conteste le diagnostic de "bébé secoué"

lundi 3 décembre 2018 à 6:23 Par Benjamin Bourgine, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique et France Bleu

Cette famille de Scaër crie au scandale. Depuis le mois de mai dernier, leur petite Ilona, née en février, est placée en famille d'accueil. Ses parents sont soupçonnés de maltraitance, ce qu'ils contestent. Ils créent une association pour se défendre.

La famille de la petite Ilona
La famille de la petite Ilona © Radio France - Benjamin Bourgine

Bannalec, France

Cassandra Repas et Jordan Cavaciuti sont des parents dans la tourmente. Depuis le mois de mai dernier, leur petite Ilona est placée en famille d'accueil. Une visite par semaine pour le papa, deux pour la maman, toujours en présence d'un tiers. Ce qu'on leur reproche ? D'avoir présenté leur enfant à un pédiatre qui a diagnostiqué un "bébé secoué".

Des symptômes et des soupçons

Parmi les symptômes : des hématomes sous-duraux et des bleus. Les bleus, affirment les parents, n'ont pas disparu depuis le placement de l'enfant. Quant aux hématomes, ils pourraient avoir d'autres origines. "On a justement consulté des pédiatres différents et des spécialistes parce qu'on ne savait pas d'où venaient ces bleus". Cassandra, la maman explique posément son histoire. Elle se sent impuissante et désarmée.

On nous prive de tous les beaux moments." - le grand-père d'Ilona

Après le diagnostic et le placement, les parents sont entendus par les gendarmes. Ils sont mis en examen et même placés en garde à vue au mois d'octobre. "C'est très dur, on ne s'attendait pas à ça. Mais on a toujours gardé la même version des faits", explique le papa, Jordan. Quant au grand-père, il s'étrangle d'émotion, et ne préfère même pas répondre au micro :"on nous prive de tous les beaux moments de la petite, elle apprend à se retourner, elle commence à attraper des choses avec ses mains, c'est pas possible de nous priver de ça !"

Le placement d'Ilona est-il une erreur ?

La famille crée une association pour se défendre

Dans la famille, tout le monde fait face. La grand-mère défend les parents. "A aucun moment on a pu avoir un doute, un soupçon ou quoi que ce soit" dit France Cavaciuti, qui accompagne son fils et sa belle-fille dans la création d'une association "un combat pour Ilona". Une autre association, Adikia, se bat justement pour des familles qui sont dans ce cas de figure. 

L'aide d'une association qui se concentre sur ce sujet

Vanessa Keryhuel est la présidente de l'association Adikia. Elle a vécu le même calvaire. "Le cas d'Ilona est le plus effarant. Elle ne colle pas du tout aux critères du bébé secoué. Il y a beaucoup d'erreurs, et il faudrait que le syndrome du bébé secoué soit revu par des médecins conscients du problème" .

Les conséquences du placement d'Ilona pour sa famille