Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre

LGBT : nouvelle hausse des agressions homophobes et transphobes en 2019

-
Par , France Bleu
France

Le ministère de l'intérieur annonce ce samedi que les agressions et injures homophobes ou transphobes ont augmenté de 36% en 2019. L'année dernière, les forces de l'ordre ont recensé 1.870 victimes d'infractions de ce type.

Le drapeau LGBT lors de la Gay Pride à Montpellier (photo d'illustration).
Le drapeau LGBT lors de la Gay Pride à Montpellier (photo d'illustration). © Radio France - Romain Berchet

En 2019, les forces de police et de gendarmerie "ont recensé 1.870 victimes d'infractions à caractère homophobe ou transphobe contre 1.380 en 2018", soit une "augmentation de 36% du nombre de victimes d'actes anti-LGBT" (lesbiennes, gays, bi trans), a expliqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué ce samedi. 

Ces données dessinent une hausse continue de ces crimes et délits. En 2018, les plaintes des personnes LGBT victimes d'actes homophobes ou transphobes avaient déjà progressé de 33% par rapport à l'année précédente.

Ces chiffres témoignent de l'ancrage profond de l'homophobie et de la transphobie dans la société - Ministère de l'Intérieur

"Ces chiffres témoignent de l'ancrage profond de l'homophobie et de la transphobie dans la société" et "s'inscrivent dans un contexte plus large de progression des actes de haine et des extrémismes identitaires", a commenté le ministère dans son communiqué. 

De nombreuses victimes n'osent pas porter plainte

Ces statistiques sont toutefois chaque année en décalage avec la réalité, les associations de soutien aux personnes LGBT rappelant régulièrement que de nombreuses victimes n'osent pas porter plainte. 

En 2019, voici les chiffres des agressions subies : 

  • 33% d'injures et d'outrages
  • 28% de violences physiques et sexuelles
  • 78% des victimes sont des hommes 
  • 62% des victimes ont moins de 35 ans

"Cette hausse des actes de haine anti-LGBT appelle à une vigilance accrue des pouvoirs publics et à une mobilisation plus forte de toute la société", estime le ministère.
Face au risque accru de violences intrafamiliales pendant le confinement, le gouvernement a débloqué 300.000 euros fin avril pour un "plan d'urgence" permettant de financer des nuits à l'hôtel pour les personnes LGBT en difficulté. Il est aujourd'hui "pleinement opérationnel et bénéficie à une quarantaine de jeunes LGBT", précise le communiqué. 

Une application a également été lancée fin avril par FLAG!, l'association de policiers et gendarmes LGBT, afin de signaler des actes de violences et mieux orienter les victimes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess