Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

LGV Bordeaux-Toulouse : "Touche pas à mon Sauternes"

dimanche 30 août 2015 à 19:34 Par Yassine Khelfa M'Sabah, France Bleu Gironde

La décision du gouvernement sur la ligne à grande vitesse pour le Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse ne devrait pas tarder. Les viticulteurs du Sauternais y sont formellement opposés. Ils sont très inquiets pour leur production. Quelque 170 viticulteurs produisent du Sauternes sur 2.500 hectares et affirment que les tracés de la LGV vont énormément perturber l'écosystème de la zone.

Le Château Guiraud possède un domaine de 100 hectares à Sauternes
Le Château Guiraud possède un domaine de 100 hectares à Sauternes © Radio France - Yassine KHELFA

Une décision qui vient après que la commission d'enquête publique sur les projets de lignes à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, vers l'Espagne, rende son avis. Un avis défavorable en ce qui concerne la déclaration d'utilité publique de ces projets ferroviaires, dont le coût avoisine les 8 milliards d'euros.

Touche pas à mon Sauternes

Les viticulteurs de l'appellation Sauternes lancent un cri d'alarme. Leur production viticole serait en grand danger à cause des deux tracés de la future LGV en direction de Dax et Toulouse. Les tracés de la LGV ne traversent pas les propriétés des viticulteurs mais coupent plus d'une trentaine de fois le Ciron et ses affluents . Une rivière aux eaux froides située dans une zone classée Natura 2000 et qui permet aux viticulteurs d'avoir un micro-climat très humide, unique au monde, entre Barsac et Sauternes. Ce micro-climat permet de produire le célèbre liquoreux. Pour le Château Guiraud, premier Grand Cru Classé au classement impérial de 1855, les conséquences peuvent être catastrophiques.

Le Château Guiraud, premier Grand Cru Classé au classement impérial de 1855 - Radio France
Le Château Guiraud, premier Grand Cru Classé au classement impérial de 1855 © Radio France - Yassine KHELFA

"550 personnes sont concernées sur la région, 2200 hectares, des paysages et une architecture incroyables. C'est la spécificité de nos vins. Si c'est pour faire des vins moelleux comme il s'en fait dans toutes les régions du monde, ça n'a pas d'intérêt". — Xavier Planty

Xavier Planty, un des propriétaires du Château Guiraud et président de l'appelation Sauternes.PNG - Radio France
Xavier Planty, un des propriétaires du Château Guiraud et président de l'appelation Sauternes.PNG © Radio France - Yassine KHELFA

Pour le président de l'appellation Sauternes, les conséquences pourraient être catastrophiques. Ces vins liquoreux de renommée internationale ont fait vibrer les tsars de Russie ou encore Coco Chanel . Mais avec la LGV leur réputation pourrait perdre de sa saveur selon le propriétaire du Château Guiraud. "Les grands noms de Sauternes ne feront plus les mêmes vins qu'ils faisaient jusqu'à maintenant".

Un projet qui inquiéte aussi les petits producteurs

C'est la raison de l'inquiétude de beaucoup de viticulteurs comme Stéphane Wagrez , jeune viticulteur co-gérant du Château la Bouade à Barsac .

Stéphane Wagrez, co-gérant du Château La Bouade à Barsac  - Radio France
Stéphane Wagrez, co-gérant du Château La Bouade à Barsac © Radio France

"Écologiquement je trouve ça aberrant de détruire ce capital naturel de la Gironde"

Originaire de la région parisienne il est arrivé en Gironde en 1982, stagiaire au sein du Château la Bouade, il en est aujourd'hui co-gérant. "J'ai choisi de produire ce vin là, pas le rouge, pas le sec, pour cette magie qu'on a avec ce botrytis , ce petit plus qui fait que notre vin est apprécié (...) et pas qu'en France, aux États-Unis, en Chine etc."

Une chose est sure pour les viticulteurs de Sauternes et Barsac. Si le projet de LGV passe, ils promettent d'utiliser tous les recours possible. Et pourquoi pas saisir la cour de justice européenne.**

"Les grands noms de Sauternes ne feront plus les mêmes vins qu'ils faisaient jusqu'à maintenant"