Société

LGV : Jean Auroux vient déminer le terrain en Poitou-Charentes

Par Stéfane Pocher, France Bleu La Rochelle et France Bleu Poitou jeudi 19 février 2015 à 8:20

Le chantier de la LGV près de Bordeaux (illustration).
Le chantier de la LGV près de Bordeaux (illustration). © Maxppp - Thibaud Moritz

Les collectivités ne veulent pas verser la redevance pour la construction de la LGV à la SNCF si celle-ci ne leur assure pas le maintien des liaisons vers Paris au départ de La Rochelle et Angoulême. Jean-Auroux, l'ancien ministre du travail sous Mitterrand, vient jouer les médiateurs.

Jean Auroux est en Poitou-Charentes. L'ancien ministre de François Mitterrand est chargé d'une sorte de médiation entre les collectivités locales et la SNCF sur le financement de la future LGV. Il est le "facilitateur" du dossier des futures dessertes TGV des villes de Poitou-Charentes qui fait tant débat aujourd'hui. Il était à Angoulême mercredi et à Poitiers. Lundi, il se rend à la Rochelle.

Jean Auroux venu rassurer

Les collectivités comme La Rochelle, Angoulême, Cognac, estiment que la SNCF ne tient pas ses promesses en réduisant le nombre de TGV à partir de 2017, après la mise en service de la nouvelle LGV entre Tours et Bordeaux. Des collectivités d'autant plus en colère qu'elles ont été sollicitées pour financer le projet. Au total, 58 collectivités ont apporté 1.3 milliards d'euros. En contrepartie, elles demandent un haut niveau de desserte dans une convention signée.

 

Onze allers-retours Paris-Angoulême demandés

Jean Auroux  avait déjà joué le rôle de médiateur pour le tunnel sous la Manche. Il est venu écouter les revendications des élus locaux concernés, tout en leur expliquant les contraintes de la SNCF.  Et a surtout tenté de rassurer. Ce jeudi soir, les élus locaux de Charente organisent une grande réunion à l'Espace Carat à Angoulême. Suite de la mobilisation pour faire respecter les engagements de la SNCF, après la pétition qui a reçu plus de 4 000 signatures. Ils demandent onze allers-retours Paris-Angoulême dont trois directs et dix-sept allers-retours Bordeaux-Angoulême.

GrandAngoulême, le Département de la Charente, le Grand Cognac, l’Interconsulaire 16, l’association des Maire de la Charente et la Ville d’Angoulême organisent donc ce jeudi soir à 18h une grande réunion de mobilisation. Les élus du territoire, les acteurs économiques et les citoyens sont invités.