Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Libourne : de l'argent de l'Etat pour redynamiser la ville

vendredi 28 septembre 2018 à 19:18 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde

La ville de Libourne a signé ce vendredi une convention avec le préfet : l'Etat s'engage à aider pendant cinq ans la municipalité, pour qu'elle puisse financer son projet de revitalisation du centre-ville. 22 villes en Nouvelle-Aquitaine bénéficient de ce programme en faveur des villes moyennes.

La place Abel Surchamp,  au centre de Libourne
La place Abel Surchamp, au centre de Libourne © Radio France - Pierre-Marie Gros

Libourne, France

De l'argent de l'Etat pour aider la municipalité de Libourne à financer son vaste projet de rénovation du centre-ville : le préfet de Gironde était ce vendredi après-midi à l'hôtel de ville de la bastide pour signer avec le maire Philippe Buisson et plusieurs partenaires la convention "action coeur de ville". La ville de Libourne  est l'une des 22 en Nouvelle-Aquitaine , et la seule en Gironde, à bénéficier de ce programme de revitalisation des villes moyennes. Cinq milliards d'euros ont été promis pendant cinq ans par le gouvernement pour quelques 222 villes sélectionnées en France.  

Libourne ne connaît pas encore l'enveloppe qui lui sera allouée jusqu'en 2023, mais son maire espère bien qu'elle sera conséquente, pour mener à bien le projet urbain lancé il y a trois ans, baptisé Libourne 2025. "Nous avons commencé à redessiner la carte postale de la cité, avec le réaménagement des quais, nous sommes aussi en reconquête commerciale, et cet argent va nous servir à densifier cette action", précise Philippe Buisson. 

De droite à gauche : Christine Bost, 1ère vice-présidente Conseil départemental; Florent Boudié, député; Jean-Luc Gleyze, président du conseil départemental, le préfet Didier Lallement, et Philippe Buisson, le maire de Libourne  - Radio France
De droite à gauche : Christine Bost, 1ère vice-présidente Conseil départemental; Florent Boudié, député; Jean-Luc Gleyze, président du conseil départemental, le préfet Didier Lallement, et Philippe Buisson, le maire de Libourne © Radio France - Pierre-Marie Gros

Le maire définit au passage les priorités. Première d'entre elles: "la reconquête de l'habitat en centre-ville; la lutte contre l'habitat indigne, et la lutte contre les marchands de sommeil." Reste à savoir à présent quel sera le montant débloqué, même si, souligne Philippe Buisson, "nous avons pu déjà bénéficier de dotations que nous n'avions pas les années précédentes". 

"Les intentions sont bonnes,  on espère que ce n'est seulement un plan de communication, mais une vraie ambition du gouvernement de soutenir les villes comme la nôtre." - Philippe Buisson, maire de Libourne

"On espère que ce n'est pas seulement de la communication" Philippe Buisson, le maire de Libourne

La ville de Libourne a déjà obtenu une aide de 5 millions d'euros de l'Etat en 2017 et 2018 . "Cela prouve, contrairement à ce que j'entends parfois, que l'Etat n'abandonne pas les territoires, explique le préfet Didier Lallement.  Ce sont des crédits significatifs qui sont débloqués et qui permettent d'assurer cette armature de villes moyennes , qui est une garantie d'efficacité dans l'aménagement du territoire."

La ville "en reconquête commerciale" 

A propos de commerces, l'action de la municipalité commence à porter ses fruits. Il y a 18 mois, Libourne était en "déshérence commerciale", selon les propres mots du maire. Depuis, 16 commerces ont rouvert en centre-ville. Reste à présent à le faire savoir. "Je continue à croiser des gens de Bordeaux, de St Emilion, de Castillon, qui me disent qu'à Libourne, tout est fermé , il n"y a plus de commerces. Or, aujourd'hui ce n'est plus vrai'", raconte Lionel Castano. Le président des Vitrines libournaises, l'association de commerçants, qui tient un bar rue Gambetta, la principale rue piétonne, en profite pour lancer un appel à la municipalité. "Il faudrait à présent une grande campagne de communication pour faire venir les clients en centre-ville". C'est le type d'actions concrètes qui pourrait être financée dans le cadre de ce programme "coeur de ville". 

La rue Gambetta, la principale rue piétonne de Libourne  - Radio France
La rue Gambetta, la principale rue piétonne de Libourne © Radio France - Pierre-Marie Gros

L'Etat promet d'ailleurs au passage par la voix du préfet, de veiller à la survie de ces commerces. " Il y a ici ou là des projets de grands équipements commerciaux, précise Didier Lallement. Or, l'Etat investit pour renforcer le commerce en centre-ville,  je serai donc cohérent en la matière". Autrement dit : la CDEC, la commission départementale d'Equipement Commercial, risque de se montrer plus sévère à l'avenir avec les projets de créations ou d'extension en périphérie. 

Libourne "en reconquête commerciale"

Le département va lui aussi soutenir ce programme de revitalisation. Jean-Luc Gleyze, le président du conseil départemental, était là lui aussi vendredi après-midi pour signer une autre convention baptisée Ville d'Equilibre, la première du genre signée en Gironde. Il s'agit là encore de renforcer les villes moyennes pour qu'elles puissent continuer à porter un territoire.