Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ligue 1 : une arbitre mayennaise a côtoyé Stéphanie Frappart

-
Par , France Bleu Mayenne

Ce dimanche Stéphanie Frappart officiera en tant qu'arbitre centrale d'un match de Ligue 1 entre Amiens et Strasbourg (34e journée, 15h). Une première pour une femme en France. Pascale Livenais, arbitre mayennaise, l'a fréquentée quelques années et raconte.

Pascale Livenais a arbitré avec Stéphanie Frappart entre 1995 et 1998
Pascale Livenais a arbitré avec Stéphanie Frappart entre 1995 et 1998 © Radio France - Martin Cotta

Beaulieu-sur-Oudon, France

Au contraire de nos voisins allemands, c'est une grande première en France dans le football. À 15h ce dimanche, une femme va arbitrer dans le champ, un match de Ligue 1 pour la 34e journée. Il s'agit de Stéphanie Frappart au sifflet cet après-midi pour la rencontre Amiens-Strasbourg. En Mayenne, une dizaine de femmes arbitrent des matchs de football. Pascale Livenais par exemple, agricultrice à Beaulieu-sur-Oudon.

Une perfectionniste

La Mayennaise connaît bien Stéphanie Frappart. Elle l'a côtoyée entre 1995 et 1998 lors de coupes nationales de cadets qu'elles arbitraient toutes les deux. Et entre 2004 et 2005 lors de stages d'arbitrages. "Tout de suite j'ai vu qu'elle avait un sacré niveau" raconte Pascale Livenais. "Elle mettait déjà tout en œuvre pour y arriver et mettre toutes les chances de son côté. C'était déjà une arbitre très perfectionniste dans la façon de préparer ses matchs, de les aborder" se souvient la Mayennaise. 

Pascale Livenais ne sait pas si elle pourra regarder Amiens-Strasbourg ce dimanche, elle qui est agricultrice avec son mari. Mais la désignation d'une femme comme arbitre principale d'un match de Ligue 1 est une sacrée reconnaissance d'après elle. "Tout cela évolue dans le bon sens. On nous reconnaît [les femmes, ndlr] pour notre fonction. Stéphanie Frappart est aujourd'hui mise en avant et cela profite aussi aux arbitres féminines des districts et des ligues" estime la Mayennaise. Cette dernière ne sait pas si elle pourra regarder la prestation de sa collègue à la télévision mais Pascale Livenais aura une pensée pour elle. "Tout ce que je lui souhaite c'est de continuer dans ce sens" ajoute-t-elle. 

"Oh, là, là c'est une gonzesse qui nous arbitre !"

Aujourd'hui Pascale Livenais est arbitre de touche en Mayenne. Sa carrière a commencé en 1993. Cette agricultrice de Beaulieu-sur-Oudon a officié en D1 Féminine par exemple, où elle arbitra Marinette Pichon, Corinne Diacre et Sandrine Soubeyrand notamment. Au début des années 90, l'arrivée des femmes dans l'arbitrage n'était pas forcément bien vue. "Certains étaient surpris de me voir arriver et j'entendais des choses comme "oh, là, là, c'est une gonzesse qui nous arbitre !". Donc je faisais abstraction de ce paramètre-là, et j'allais faire mes matchs comme n'importe quelle arbitre, sans me poser de question parce que j'étais une fille" explique-t-elle. 

Quelques années plus tard les comportements ont évolué dans le bon sens d'après Pascale Livenais. Les footballeurs se montrent de plus en plus respectueux à l'égard d'une femme arbitre, mais il reste en revanche des efforts à faire chez les supporters dans les tribunes. "Quand j'ai commencé l'arbitrage j'entendais des "retourne à ta vaisselle, y'a le ménage qui t'attend" mais aujourd'hui ça je l’entends plus" tempère la Mayennaise.