Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ligue 2 : on vous explique pourquoi un prince saoudien pourrait venir à la Berrichonne Football

-
Par , France Bleu Berry

L'information peut surprendre. Pourtant, elle devrait être officialisée dans les prochaines semaines. Le prince saoudien Abdullah bin Mosaad s'apprête à racheter la majorité des actions de la Berrichonne Football.

La Berrichonne Football devrait passer sous pavillon saoudien
La Berrichonne Football devrait passer sous pavillon saoudien © Radio France - Sylvain ROGIE

Après des mois de tensions et de confrontations avec les actionnaires frondeurs, le calme est revenu au sein de la Berrichonne Football. La situation sportive est préoccupante, avec une vingtième place au classement de Ligue 2. Mais en coulisses, le dossier du rachat du club castelroussin a encore progressé. Au cours d'une assemblée générale mercredi 23 décembre, la Berri a acté la poursuite de "négociations exclusives" avec la société Groupe United du prince saoudien Abdullah bin Mosaad. À la tête d'une importante fortune, pourquoi cet homme décide d'investir à Châteauroux ? Il y a plusieurs éléments de réponses.

Châteauroux, club historique du football français

N'ayons pas la mémoire courte. La mauvaise passe actuelle de la Berrichonne Football ne doit pas faire oublier la place forte que représente Châteauroux dans l'histoire du football français. C'est le club qui compte le plus de matchs en Ligue 2. Être propriétaire d'un club évoluant en deuxième division française n'est pas négligeable. Cela permet de renforcer le rayonnement dans le milieu du football du prince saoudien. L'idéal serait évidemment que le club se maintienne à ce niveau. 

Un centre de formation performant

C'est un énorme atout pour la Berri : Châteauroux compte le 22e meilleur centre de formation de France, selon le dernier classement publié par la Fédération française de football. Ilyas Chouaref, Haissem Hassan, Romain Grange, Gilles Sunu font partie des joueurs formés à Châteauroux. Certains en sont encore au début de leur carrière, d'autres ont déjà fait leurs preuves. Un centre de formation reconnu, c'est une valeur ajoutée qui attire les investisseurs

Des joueurs formés au club peuvent aussi représenter une manne financière. Quand ils sont un peu plus aguerris et expérimentés, ils peuvent être vendus à un certain prix. Haïssem Hassan, transféré à Villaréal cette année pour un montant estimé à 2 millions d'euros, en est un parfait exemple.

Un cinquième club dans le giron saoudien

Abdullah bin Mosaad possède déjà quatre clubs dans le monde : Sheffield United (Angleterre), Beerschot (Belgique), Al Hilal United aux Emirats et le club indien de Kerala United. Il est donc déjà implanté en Europe mais pas en France. À Châteauroux, le prince saoudien devrait ajouter une cinquième équipe à son empire footballistique

On peut sans problème imaginer que la Berri tisserait des liens privilégiés avec les autres clubs de la galaxie bin Mosaad. Ça veut dire des échanges ou des transferts de joueurs à moindre frais ; des négociations facilitées. On peut aussi penser qu'un bon joueur castelroussin pourrait rejoindre Sheffield United en première division anglaise. 

Les actionnaires de la Berrichonne Football convaincus

Si Abdullah bin Mosaad jette aussi son dévolu sur la Berrichonne de Châteauroux, c'est parce qu'il a su séduire l'ensemble des actionnaires. À l'unanimité, ils ont décidé de poursuivre les négociations. Pas un mince exploit quand on se remémore l'atmosphère explosive des derniers mois. Le prince saoudien s'est montré très convaincant. Selon nos informations, les actionnaires de la Berri qui vont vendre leurs actions devraient faire une bonne opération financière. On parle d'un prix de vente autour de 3 000 euros l'action.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess