Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Incendie de Notre-Dame

Les ouvriers du chantier de la cathédrale de Lille stupéfaits par le drame de Notre-Dame de Paris

mercredi 17 avril 2019 à 3:03 Par Winny Claret, France Bleu Nord

L'enquête s'annonce longue pour comprendre ce qui a provoqué l'incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, ce lundi soir. Comment sont menés les travaux sur nos autres monuments religieux ? Reportage sur le chantier de rénovation de la cathédrale de la Treille, à Lille.

Depuis un an et demi, le diocèse de Lille a engagé un vaste chantier de la cathédrale de la Treille, qui devrait durer dix ans.
Depuis un an et demi, le diocèse de Lille a engagé un vaste chantier de la cathédrale de la Treille, qui devrait durer dix ans. © Radio France - Winny Claret

Lille, France

Comment la toiture de Notre-Dame de Paris a-t-elle pu prendre feu ? Alors qu'une enquête a été ouverte pour "destruction involontaire par incendie" après que les flammes ont ravagé la cathédrale parisienne, ce lundi soir, "la piste accidentelle est privilégiée", selon le procureur de Paris. La piste d'un départ de feu accidentel depuis le chantier en cours sur le toit de la cathédrale "retient l'attention des enquêteurs en l'état des investigations". 

La question de la préservation du patrimoine religieux du Nord-pas-de-Calais se pose. Comment cela se passe dans notre région ? A Lille, le diocèse mène depuis un an et demi un vaste chantier de rénovation de la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille. Un chantier qui devrait s'étaler sur dix ans et coûter dix millions d'euros à l'archevêché. Les ouvriers refont en ce moment la toiture du transept, au niveau de la façade droite de l'édifice. 

A trente mètres de hauteur, les ouvriers s'activent sur les échafaudages adossés à l'aile sud de Notre-Dame de la Treille, au niveau de la façade droite, qui fait face au campanile Saint-Nicolas. Réfection des charpentes, remplacement des ardoises qui recouvrent la toiture, un chantier sous surveillance, explique Dimitri qui dirige les travaux. "Toutes les deux semaines, il y a une réunion, on vérifie les échafaudages, les extincteurs, le respect du coupe-feu, on doit arrêter de souder deux heures avant la fin de la journée, pour être sûrs qu'il n'y a pas le feu là où l'on a soudé. Il y a des normes de sécurité !"

Le risque d'incendie existe malgré les précautions des équipes. Mais, contrairement à Notre-Dame de Paris, la Treille est récente. Entamée en 1856, sa construction s'est achevée à la fin du XXe siècle. Et selon les ouvriers, la structure de la cathédrale lilloise ne serait pas menacée par les flammes, "Celle-là ne pourrait pas prendre feu comme la cathédrale de Paris, parce que tout est en béton. Il n'y a pas de charpente complètement en bois, tout est en béton ou en fer.

Les ouvriers de la Treille connaissent bien ceux qui travaillaient à Notre-Dame de Paris. Ils sont stupéfaits par ce qui est arrivé lundi soir. "Forcément, ça nous fait un petit pincement au cœur, on a peur pour eux. Ce qui va leur arriver, les causes. Parce que l'on sait que la sécurité là-bas est deux fois plus élevée qu'ici." Alors le drame de Paris, c'est comme une piqûre de rappel pour Lenaïc, le charpentier, "On fait attention à tout bien éteindre, à bien retirer les machines électriques. Même si l'on fait toujours très attention, on est obligés de partir en étant vraiment sereins."

Si pour l'instant rien n'a été annoncé, le diocèse de Lille devrait renforcer les normes de sécurité autour de son chantier dans les prochaines semaines.