Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

À Lille, une coloc' "comme les autres"... entre Français et réfugiés !

jeudi 12 janvier 2017 à 8:30 Par Camille Marigaux, France Bleu Nord

A Lille, l'association Pierre Claver propose aux étudiants de partager leur année universitaire avec un ou plusieurs réfugiés, qui suivent eux aussi une formation. C'est la deuxième fois que le projet est mené, et avec succès.

Elia, Syleiman et Audrey seront bientôt rejoints par un quatrième colocataire, lui aussi afghan, pour faire vivre la maison Pierre Claver de Lille.
Elia, Syleiman et Audrey seront bientôt rejoints par un quatrième colocataire, lui aussi afghan, pour faire vivre la maison Pierre Claver de Lille. © Radio France - Camille Marigaux

Lille, France

Ce soir après les cours, c'est Syleiman qui régale. Au menu, un poulet aux légumes qui mijote dans la casserole. Depuis septembre, il partage cette grande maison de presque 200 m² et son immense jardin avec Ilian et Audrey, ses deux colocataires lillois. Arrivé en France en avril 2015, il a appris le français à Paris avec l'association Pierre Claver, avant de pouvoir reprendre ses études de psychologie qu'il suivait déjà au Pakistan. On lui a donc proposé de s'inscrire à l'université de Lille et de s'installer dans le Nord. C'est alors la grande vie d'étudiant qui commence pour le jeune homme de 24 ans, ou plutôt qui recommence.

Syleiman, c'est le colocataire le plus adorable qui puisse exister.

De leur côté, Elia et Audrey se connaissent depuis plusieurs années et avaient déjà envie de s'installer en colocation. C'est le propriétaire d'Elia, qui possède aussi la grande maison, qui lui propose alors de participer à ce projet. Il met les deux étudiants en contact avec la responsable de l'association Pierre Claver à Paris, qui reçoit leur "candidature", puis les accueille dans ses locaux pour faire connaissance. En juillet 2016, les deux Lillois s'installent dans la grande maison près du quartier de Wazemmes, où les rejoint Syleiman un mois plus tard. Depuis, ils partagent presque tout, surtout l'affection qu'ils ont les uns pour les autres. Audrey affiche un grand sourire en parlant de Syleiman : "C'est le colocataire le plus adorable qui puisse exister". De son côté l'intéressé souligne qu'Elia et Audrey "sont super gentils, et toujours là pour moi, ce sont les meilleurs".

Le "plus", pour les trois étudiants, c'est qu'ils ne paient rien pour le loyer, ni les charges. C'est l'association qui s'en occupe, uniquement financée par des particuliers et des partenaires privés. La seule "contrepartie" si on peut dire, pour les colocataires, c'est d'entretenir et de faire vivre la maison. Mais surtout partager. Cela passe par aider Syleiman pour le français ou à l'inverse, cuisiner pour ses colocataires.

Une colocation inhabituelle mais aussi très ordinaire !

Finalement, la vie en commun des trois étudiants ressemble à toutes les autres, le côté "auberge espagnole" en plus. Avec ses soirées, certes plus alcoolisées qu'au Pakistan, les repas pris tous ensemble, ou le partage des courses. Davantage qu'une rencontre entre des français et un réfugié afghan, c'est plutôt celle de trois étudiants d'origines différentes. Et puis, tout comme celui des personnes en exil, le monde des étudiants reste encore assez méconnu, avec lui aussi ses (petites) galères voire sa grande précarité. Et à la fin du mois de février, la colocation s'agrandit avec l'arrivée de Naymat, lui aussi originaire d'Afghanistan.