Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Limitation à 80 km/h : "J'aurais souhaité prendre cette décision" dit Manuel Valls en visite en Dordogne

samedi 30 juin 2018 à 7:12 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord et France Bleu

L'ancien premier ministre Manuel Valls, aujourd'hui député de l’Essonne était en visite en Dordogne, à l'occasion du salon du livre de Lanouaille (Dordogne). Il en a profité pour dire son soutien à la mesure voulue par le premier ministre de limitation à 80 km/h sur le réseau secondaire.

Manuel Valls, député de l'Essonne
Manuel Valls, député de l'Essonne © Maxppp - Maxppp

Lanouaille, France

Le Salon du livre de Lanouaille, en Périgord vert, a débuté ce vendredi soir et se poursuit samedi toute la journée. En présence notamment de Jean-Louis Debré, l'ancien ministre de l'Intérieur et exprésident du Conseil constitutionnel ou Cédric Villani, le député LREM et mathématicien. Mais également de Manuel Valls, l'ex premier ministre de François Hollande, devenu député de la première circonscription de l'Essonne, et proche de la République en Marche du président Macron.

Soutien au gouvernement sur le passage à 80 km/h

D'ailleurs, Manuel Valls, en visite dans le département le plus directement impacté par l'arrivée des 80 km/h avec ses plus de 9 000 kilomètres de routes, n'a pas hésité à défendre l'abaissement de la vitesse autorisée. Une mesure voulue par le premier ministre Edouard Philippe.

"J'aurais souhaité prendre cette décision. On peut toujours considérer qu'il faut plus de concertation, certes, mais enfin chaque jour dans notre pays il y a neuf à dix personnes qui meurent sur nos routes" - Manuel Valls

"Ce sont dans les départements ruraux et sur certaines routes qu'il y a le plus de tués, puisque dans les grandes villes on roule à moins de 50 km/h depuis longtemps. Ce sont des mesures difficiles, pas forcément populaires, mais moi je les soutiens" a continué l'ex premier ministre.

Pourtant le conseil départemental emmené par son président Germinal Peiro a fait voter une motion pour demander à ce que cette limitation ne concerne pas les routes dotées d'un double marquage et larges d'au moins six mètres, soit le quart des routes de Dordogne. Mais le gouvernement n'a pas suivi cette proposition.