Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Limitation à 80 km/h : le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb botte en touche

vendredi 18 mai 2018 à 8:11 - Mis à jour le vendredi 18 mai 2018 à 14:23 Par Germain Arrigoni, France Bleu Paris et France Bleu

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb n'a pas souhaité répondre jeudi lors d'une réunion publique portant sur la limitation de vitesse à 80 km/h, mesure controversée prévue par le gouvernement pour juillet, préférant utiliser "un joker". Le Premier ministre Edouard Philippe l'a mis en garde.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb © Maxppp -

Il a préféré esquiver. "Sur les 80km/h, j'aimerais avoir votre position", a demandé un participant de la réunion publique à laquelle participait Gérard Collomb à Rungis (Val-de-Marne) dans le cadre de l'opération de communication pour le premier anniversaire du gouvernement.

"Je prends un joker sur la question", a répondu en souriant le ministre de l'Intérieur, enchaînant sur la question suivante sous les rires d'une salle d'environ 150 personnes plutôt favorable à la politique du gouvernement.

Le recadrage d'Édouard Philippe

"L'ensemble du gouvernement est mobilisé" pour défendre la limitation de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, a assuré le Premier ministre Edouard Philippe, toujours "prêt à assumer" la mesure.

Pour faire baisser la mortalité routière, l'exécutif a annoncé en janvier la réduction de 90 à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur 400.000 km de routes secondaires à double sens sans séparateur central (terre-plein, glissière).  La limitation à 80 km/h est depuis plusieurs mois très critiquée à droite, parmi les automobilistes et dans les territoires ruraux.   

Disant entendre les "coups de sang" et les "énervements", Emmanuel Macron avait expliqué qu'au terme de deux ans d'expérimentation, la mesure serait abandonnée si elle n'avait "pas d'efficacité" reconnue. Il a également dit que tout l'argent perçu par l'Etat en sanctionnant les contrevenants serait affecté aux "hôpitaux qui soignent les blessés de la route".