Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Limoges déploie sa vidéo-protection sur la ville

lundi 18 avril 2016 à 17:04 Par Françoise Ravanne, France Bleu Limousin

26 caméras ont déjà été installées dans tout le centre ville de Limoges et sont déjà opérationnelles mais d'autres vont s'y ajouter. Elles vont être installées dés la fin 2016 dans les quartiers dits "sensibles". Toutes les images sont visionnées et exploitées dans un Centre de supervision urbain.

Le centre de supervision urbain de Limoges est opérationnel
Le centre de supervision urbain de Limoges est opérationnel © Radio France - Françoise Ravanne

Limoges, France

Trois opérateurs ont été formés au sein de la police municipale de Limoges pour visionner toutes les images qui parviennent sur une douzaine d'écrans au sein de ce nouveau Centre de supervision urbain, installé au sein de l'ancienne caserne Marceau. Des images très nettes qui permettent de suivre les mouvements des piétons sur les principales places du centre ville , les rues commerçantes , les espaces verts et de repérer toute attitude suspecte.

Un dispositif au service de la justice et de la police nationale.

Lorsque les opérateurs repèrent des mouvements suspects, ils peuvent alerter la police municipale qui envoie une patrouille sur le terrain mais alerter aussi la police nationale. A posteriori les images qui sont conservées une quinzaine de jours peuvent aussi être exploitées par les services du Procureur de la République de Limoges et par les enquêteurs de la police nationale. Des images qui peuvent leur permettre d'identifier des délinquants. Pour l'instant seul le centre ville est sous vidéo protection mais dés la fin 2016 et en 2017 il y en aura une trentaine de plus dans les quartiers dits "sensibles" c'est à dire à la Bastide, à la ZUP de l'Aurence et à Beaubreuil.

Une charte a été mise en place pour préserver la vie privée

Le maire de Limoges Emile Roger Lombertie tient toutefois à préciser qu'il s'agit d'un outil au service de la population et qu'il ne s'agit surtout pas de porter atteinte à la vie privée. Une charte d'Ethique a donc été mise en place et d'autre part  les images sont automatiquement masquées lorsque la caméra filme un espace privatif. Des images qui d'ailleurs sont contrôlées par la CNIL , la Commission Nationale Informatique et Libertés. Des panneaux ont également été installés dans les lieux surveillés pour indiquer aux habitants qu'ils se trouvent dans un espace placé sous vidéo surveillance.