Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Limoges : "Inscrivez la protection du climat dans la Constitution !", 200 manifestants à vélo pour le climat

-
Par , France Bleu Limousin

Ce lundi, la loi Climat et résilience du gouvernement arrive sur les bancs du Sénat. Votée mardi dernier à l'assemblée, cette loi ne satisfait pas les manifestants de la Marche pour le Climat. Près de 200 personnes se sont rassemblées en vélo à Limoges ce dimanche pour maintenir la pression.

Près de 200 manifestants se sont rassemblés à l'appel de Véli Vélo et de la Marche pour le Climat.
Près de 200 manifestants se sont rassemblés à l'appel de Véli Vélo et de la Marche pour le Climat. © Radio France - Thomas Vinclair

"Il faut que les élus et les sénateurs nous écoutent." Près de 200 manifestants se sont rassemblés dans les rues de Limoges à l'appel du collectif de la Marche pour le Climat et de Véli Vélo. Armé de leur bicyclette, ils ont arpenté les rues de la ville pour faire passer leur message : "On veut une vraie loi climat".

Mardi dernier, l'Assemblée Nationale a voté une première fois "la loi Climat et Résilience" proposée par le gouvernement suite à la Convention citoyenne pour le climat. "C'est une petite goutte d'eau, cette loi ne va pas assez loin", soupire Etienne, un étudiant. "De nombreuses propositions de la convention citoyenne n'ont pas été reprises."

La défense du climat dans la constitution ?

Selon le JDD, Emmanuel Macron aurait renoncé à organiser un référendum sur le climat et la biodiversité. Une position qui a déclenché la colère des manifestants. Yves Petit, à la tête du collectif de la Marche pour le Climat en Haute-Vienne, déplore "une trahison de plus". Pour Yves Petit : "Emmanuel Macron savait pertinemment que le Sénat ne voudrait pas garantir l'inscription de la lutte contre le réchauffement climatique dans la Constitution."

Les manifestants demandent une "vraie loi climat".
Les manifestants demandent une "vraie loi climat". © Radio France - Thomas Vinclair

Mais ce militant de la première heure ne baisse pas les bras : "Il faut continuer à se mobiliser pour faire passer notre message. Il faut que les sénateurs osent et pensent à l'avenir de leurs enfants et petits-enfants." 

Un avis partagé par Nicolas, il croit toujours qu'Emmanuel Macron proposera ce référendum pour inscrire la défense du climat dans la Constitution: "Je reste optimiste et je crois encore au courage politique. S'il n'y a pas d’inscription dans la Constitution, rien n'évoluera." Face à la colère, l'Elysée a finalement démenti vouloir revenir sur le referendum.

Le climat, un enjeu majeur de la présidentielle de 2022 pour les manifestants 

Liliane espère elle aussi que les élus vont revoir en profondeur cette loi. Mais cette manifestante pense déjà à 2022 : "Il faut que les citoyens s'emparent de la question environnementale. Nous devons nous unir pour porter un message écologiste et social pour la présidentielle." 

Ce dimanche, les manifestants restent positifs dans l'ensemble. Ils espèrent que les sénateurs auront entendu leur appel. Une centaine de manifestations sont prévues un peu partout en France ce dimanche pour dénoncer le manque d'ambition du gouvernement en termes d'écologie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess