Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Limoges: les défenseurs de la cause animale dénoncent la présence des cirques avec des animaux

dimanche 7 octobre 2018 à 16:09 Par Delphine-Marion Boulle, France Bleu Limousin

Les défenseurs de la cause animale ont manifesté ce dimanche place des Casseaux à Limoges. Ils dénoncent la présence du Cirque Falck dont le spectacle fait appel à plusieurs animaux dont deux éléphantes. Le cirque, lui, se défend de toute maltraitance et souhaite voir perdurer la tradition.

Une trentaine de défenseurs de la cause animale a manifesté ce dimanche devant le Cirque Falck. Le cirque doit rester à Limoges jusqu'au 10 octobre prochain.
Une trentaine de défenseurs de la cause animale a manifesté ce dimanche devant le Cirque Falck. Le cirque doit rester à Limoges jusqu'au 10 octobre prochain. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Limoges, France

Ce dimanche après midi à Limoges les membres du cirque Falck se sont de nouveau produits sous l'immense chapiteau installé place des casseaux. Quelques minutes auparavant, des membres du Collectif Limousin d'Action Militante pour les Animaux (CLAMA) sont venus manifester et interpeller le public du cirque Falck. Les défenseurs de la cause animale aimeraient que la ville ferme ses portes aux cirques utilisant des animaux . 

"La tradition ne doit pas être synonyme de séquestration" - CLAMA

"Même si la plupart sont nés en captivité, cela reste des animaux sauvages qui ne peuvent pas exprimer leur comportement naturel. Ils sont dressés de manière coercitive avec des punitions et des récompenses" explique Jean Christophe Dardet, du Collectif Limousin d'Action Militante pour les Animaux.  
La trentaine de militants présents tentent d'engager le dialogue, d'échanger avec les spectateurs sur cette pratique. Le cirque lui a décidé de leur répondre en diffusant une célèbre chanson de Patrick Sebastien. "C'est de bonne guerre" plaisante une des militantes. Jean Christophe Dardet, lui, comprend la notion de tradition très forte dans la famille du cirque, mais pour lui "la tradition ne doit pas se faire sous la forme d'une séquestration et d'une main mise sur les animaux". 

Etre aux petits soins pour leurs compagnons de scène

Mais le cirque, lui assure pourtant prendre soin de ses animaux. Des visites vétérinaires régulières, une obéissance aux règles et au droit comme les cages de détente pour les tigres. A l'arrière, deux éléphantes attendent que viennent leur tour d'entrer en piste derrière le grand chapiteau. "Rosa a 35 ans, et Bambi a 30 ans, on les a eu lorsqu'elles avaient 2 et 3 ans. Elles ont grandi avec nous" déclare Mickaël Falck pour qui les éléphantes sont comme des animaux de compagnie.

Le cirque possède deux éléphants mais aussi sept tigres, des dromadaires et des chameaux, un lama et des chevaux arabes.  - Radio France
Le cirque possède deux éléphants mais aussi sept tigres, des dromadaires et des chameaux, un lama et des chevaux arabes. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Des pressions de plus en plus nombreuses ont lieu contre les cirques qui maintiennent cette tradition, mais cela ne décourage pas Mickaël Falk_"Sans animaux ce n'est plus du cirque, c'est du théâtre, du cabaret mais pas du cirque"_. Le cirque existe depuis six générations, il n'imagine pas aujourd'hui devoir faire des spectacles sans chameaux, sans dromadaires, sans tigres ou sans éléphants "On vit avec eux, on vit pour eux. La première chose que l'on fait le matin, c'est d'aller voir les animaux"

Dans le public, l'avis est partagé

Côté public, les avis sont partagés. A l'entrée, Victor s'impatiente, sa maman Julia l'amène voir le cirque mais elle n'est pas d'accord pour l'utilisation des animaux "Je veux qu'il voit de lui même, les tours, le spectacle. Je veux qu'il  puisse comprendre par lui même que les animaux n'ont pas leur place ici"  
Marcel amène sa fille et son petit-fils et ce grand-père est catégorique " Un cirque sans les animaux, ce n'est pas du cirque. _J'ai 82 ans et j'ai toujours vu que des cirques avec des animaux !_"

De leur côté les membres du CLAMA n'ont pas dit leur dernier mot. Le Collectif Limousin d'Action Militante pour les Animaux (CLAMA) a mis en ligne une pétition. Ils aimeraient que la ville de Limoges ferme ses portes aux cirques avec des animaux. La pétition a recueilli, ce dimanche, près de 28 000 signatures ...