Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Lionel Nace, chef des urgences au CHU de Nancy : "pas encore d'afflux de patients" avec la canicule

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Les urgences du CHU de Nancy se préparent alors que l'épisode de canicule va se renforcer d'ici la fin de semaine. Le docteur Lionel Nace, chef des urgences au CHU de Nancy était l'invité de France Bleu Lorraine.

Les urgences de l'hôpital central de Nancy
Les urgences de l'hôpital central de Nancy © Maxppp - Alexandre Marchi

Les urgences du CHU de Nancy se préparent alors que la vague de chaleur va s'intensifier sur la deuxième partie de semaine. Lionel Nace, le chef des urgences du CHU, était l'invité de France Bleu Lorraine pour aborder les questions autour de cette canicule avec des températures sous abri qui vont approcher les 40 degrés.

"Un peu plus inquiets pour la suite"

Il n'y a pas encore d'afflux aux urgences, reconnaît Lionel Nace : "nous sommes un peu plus inquiets pour les suites. En général, lors des épisodes précédents, on a vu un afflux et des complications dans les jours qui suivaient les épisodes". Lionel Nace s'attend dans les prochaines heures à des cas d'insolation notamment : "des choses qui peuvent être assez graves, en particulier pour ce qu'on appelle les coups de chaleur". Le responsable des urgences du CHU qui craint aussi l'arrivée de patients souffrant de maladies chroniques : "des décompensations de pathologies chroniques qui vont survenir dans les jours qui suivent, les patients cardiaques en particulier peuvent avoir des complications dans les jours et semaines qui vont suivre ces épisodes prolongés."

Le CHU a pris des dispositions pour gérer cette situation, pour l'instant calme mais qui pourrait changer : une cellule de crise est activée pour suivre l'évolution du phénomène de canicule. Des ventilateurs et des brumisateurs sont installés aux urgences. Des conseils d'hydratation sont donnés aux patients même si cela peut poser problème aux urgences où il faut parfois rester à jeun en vue d'une opération.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess