Société

"2016, la pire année pour les agriculteurs" JL Landrein, président de la chambre d'agriculture en Sarthe

Par Christelle Caillot, France Bleu Maine lundi 23 janvier 2017 à 11:22

Jean-Loïc Landrein, président de la chambre d'agriculture de la Sarthe
Jean-Loïc Landrein, président de la chambre d'agriculture de la Sarthe © Radio France - Joël Le Gall Maxppp / Christelle Caillot Radio France

VIDEO : Jean-Loïc Landrein, le président de la chambre d'agriculture de la Sarthe revient sur 2016, année de crise agricole et nous parle de la grippe aviaire.

Jean-Loïc Landrein, le président de la chambre d'agriculture de la Sarthe fait le bilan de l'année 2016 et revient sur les conséquences de la grippe aviaire pour les éleveurs sarthois.

2016, la pire année pour les agriculteurs

En 2016, 30 agriculteurs ont été en cessation de paiement et autant en liquidation judiciaire ; c'est deux fois plus qu'il y a deux ans. Des chiffres révélés ce lundi par France Bleu Maine et pour le moins alarmants. "Si on parle un peu avec les anciens, 2016 est sans doute la pire année" nous dit Jean-Loïc Landrein, le président de la chambre d'agriculture de la Sarthe. "On a à la fois cumulé des difficultés économiques dans toutes les productions, à cela s'est ajouté des éléments météo qui ont fortement perturbé les récoltes de céréales. Et dans notre département, la récolte de céréales conduit souvent à l'équilibre de l'exploitation. Pour 2017, il y a quelques éléments positifs. La production porcine a vu ses cours se redresser grâce notamment aux exportations vers la Chine. Sur le lait, on nous annonce une amélioration des prix et des cours mondiaux qui devrait conduire à une amélioration du prix payé au producteur. Néanmoins, ces reprises sont très longues, et pour la viande bovine, ça reste très compliqué; enfin les céréales, ce sera l'environnement mondial qui fera que ça s'améliorera ou pas. Pour cette année, il faut essayer de redresser les trésoreries des exploitations".

Tous les poulets en Sarthe sont confinés avec la grippe aviaire

"Tous les animaux sont confinés dans les bâtiments" souligne Jean-Loïc Landrein. Les éleveurs sont invités à garder les animaux à l'intérieur sauf exception pour ceux qui le peuvent dans une courette grillagée pour éviter le contact avec les oiseaux migrateurs. C'est une contrainte assez forte mais si ça permet d'éviter les problèmes que l'on peut voir dans le Sud-Ouest, c'est plutôt une bonne chose".

Comment vendre des poulets élevés en plein air quand ils sont confinés ?

"Actuellement, nous avons une dérogation de la DGAL (direction générale de l'alimentation)" répond Jean-Loïc Landrein. Actuellement, ça ne pose pas trop de problèmes car on est en hiver, mais dès que l'on va aller vers le printemps et vers l'été, on espère que le confinement sera levé. De plus, c'est aussi une question d'image, l'image des volailles de Loué est quand même basé sur le plein air. Et il y a aussi le problème des poulets qui ne se dépensent pas et qui font du gras".